Architecture > Châteaux et Palais > Château Fort > Château de Faverges

Château de Faverges

Situé sur un contrefort du Crêt de Chambellon, le château de Faverges occupe une position dominante à 500m d’altitude contrôlant ainsi la route reliant Moûtiers à Genève. Il présente une tour-donjon caractéristique du XIIIe siècle.

Présentation
Le château de Faverges est visible de loin lorsqu’on descend depuis le col de Tamié en direction d’Annecy. Avec sa tour-donjon centrale circulaire, sa présence est mentionnée depuis le début du XIIe siècle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA74ChateauFaverges03OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Devenue propriété de la commune de Faverges, seul le donjon se visite aujourd’hui.

 

Histoire
Situé à la frontière du comté de Savoie et du comté de Genève et aussi de la baronnie du Faucigny, le château de Faverges a été établi pour contrôler l’ancienne voie romaine  reliant Moûtiers à Genève. Bien que cet axe fut secondaire, il constituait une voie stratégique.

Attesté en 1112, le Château dans sa forme actuelle date du XIIIe, vers 1250,  époque où il est détenu par les sires de Giez, suzerains des comtes de Genève. Elle est cédée à plusieurs reprises pour tomber dans les mains du comte Amédée V de Savoie le 26 novembre 1316. Le château est amélioré et les murs sont relevés. En 1321, Agnès de Savoie, femme de Guillaume III comte de Genève administre le le domaine. Son aspect stratégique jouera un rôle important dans les conflits qui opposent la maison de Savoie et la maison de Genève. Il participera à la prise de contrôle du Faucigny après le traité de Paris, en 1355.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Confié au comtes de Genevois, cadets de la Maison de Savoie, le château est reconstruit durant le XVe siècle. Entre le 18 juillet 1501 et le  14 octobre 1571, le château passe de mains en mains, Louis Millet l’emportant au final pour 4000 écus d’or.

Dans la nuit du 9 octobre 1600, le roi Henri IV de France y séjourne.
Alors que nombre de Châteaux deviennent des biens nationaux après que leurs propriétaires aient fuit, Catherine Millet, qui l’a reçu en dot, ne fuit pas devant les troupes révolutionnaires du général Montesquiou (1792) et en conservera la propriété jusqu’en 1810.

Le château devient le siège de l’usine de « mosseline » (mousseline de soie) de Jean-Pierre Duport qui l’a racheté à Catherine Millet en 1810. La manufacture s’y développera sous l’impulsion du baron Blanc jusqu’en 1914. Pendant la première guerre mondiale il sert d’hôpital pour les blessés de guerre. Il retrouvera sa vocation d’atelier jusqu’en 1976.

En 1980, la commune de Faverges le rachète pour le transformer en centre de vacance familial. La Tour-donjon sera restaurée entre 2006 et 2007.

Architecture
Le château de Faverges est composé de la tour-donjon et de divers autres bâtiments. Avec une hauteur de 32m, la tour-donjon illustre l’architecture castrale au XIIIe siècle. On monte à son sommet après avoir gravi 144 marches. Totalement restauré entre 2006 et 2007, il s’est aussi doté d’un hourd permettant d’avoir une vue panoramique. On y retrouve des nids naturels de faucons crécerelle et des nichoirs pour martinets ont été installés.

74ChateauFaverges02

Les fondations du château dateraient du XIIe siècle et auraient été remaniées en profondeur en 1250.

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : La rédaction