Architecture > Châteaux > Château Fort > Château Gaillard

Château Gaillard

Le château Gaillard est une forteresse de Normandie. Il se situe dans le Vexin normand, à 100 km de Paris sur la commune des Andelys (Eure). Ce château est au coeur des mystères de l’histoire de France mettant en jeux Richard Cœur de Lion et les rois maudits.

GPS : POI Normandie49°14’17.1″N 1°24’12.9″E

27chateaugaillard01

Histoire

L’origine de la forteresse remonte à la fin du XIe siècle vers 1060 où la lutte entre les rois de France et les rois d’Angleterre est à son paroxysme. En 1189, Richard Ier dit Richard Cœur-de-Lion hérite du duché de Normandie de son père Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre.

Le roi de France Philippe Auguste, de retour de la croisade profite de l’emprisonnement de son adversaire pour entamer la conquête de la Normandie. Ce dernier, à son retour, entend bien se faire respecter sur ses terres, bat l’armée des Capetiens à Fréteval et conclut finalement un traité de paix en 1196.

Ce traité consent à la restitution au roi de France des forteresses de Gaillon et de Vernon. Richard Ier cherche donc à se renforcer afin de contrôler la route de Paris. Le site des Andelys semble tout trouvé. Mais y contruire un château ne reste pas sans poser un problème. En vertu des accords signés entre les deux pays Richard ne peut le faire. En 1197 il signe un compromis avec l’archevêque Gautier de Coutances propriétaire des terres qui y trouve son compte avec un échange favorable de terres.

Finalement après deux ans de construction le château est achevé en 1198. Richard Ier meurt en avril 1199 et c’est son frère Jean sans Terre qui prend sa succession. Philippe Auguste tente de reconquérir le duché de Normandie et abouti à un compromis, le traité du Goulet, le 22 mai 1200. Château-Gaillard reste la propriété de Jean Sans Terre. Mais c’est de courte durée puisque le roi de France reprend ses conquêtes et s’empare de l’île d’Andely en aôut 1203. L’estacade est détruite laissant la navigation sur la seine libre. Château Gaillard est assiégé à partir septembre de la même année plus pour le symbole que pour l’intérêt stratégique du lieu. Car avec les dernières conquêtes du roi de France, la forteresse n’est plus indispensable.

En 1314, Marguerite de Bourgogne, femme adultère de Louis X et Blanche, épouse de Charles IV le Bel sont enfermées à Château-Gaillard après l’affaire de la tour de Nesle. Marguerite de Bourgogne y meurt. Pendant la Guerre de Cent Ans, Château Gaillard est assiégé à plusieurs reprises. Les anglais le prennent le 9 décembre 1419 après seize mois de siège. Les assiégés se rendront ne disposant plus d’eau potable (la corde du puits s’était rompue). Le dernier bastion de résistance face aux anglais était tombé.

Ensuite c’est un chassé croisé entre anglais et français. La Hire, compagnon de Jeanne d’Arc s’en empare en 1429. Puis l’année suivante, les anglais le reprennent. Finalement en 1449, Charles VII effectue sa reconquête.

Pendant les guerres de religion, les Ligueurs se réfugient dans le château et son délogés par Henri IV en 1591 après deux ans de siège. En 1595, comme dans d’autres régions de France, les seigneurs locaux demande sa destruction afin d’éviter la concentration de bande de pilleurs. Après avoir reçu l’assentiment du roi Henri IV, les Capucins des Andelys sont autorisés à prendre des pierres pour la réparation de leur couvent en 1603. Jusqu’en 1611, le château sera déconstruit. Sous Richelieu, elle est reprise. Le donjon et l’enceinte de la haute-cour sont arasés.

Jusqu’à la moitié du XIXe siècle, le château est abandonné à son triste sort. Il est classé Monument Historique en 1852. Les premières fouilles ont lieu à partie de 1885. L’architecte Malencon établi les premiers plans du château (18851886). L’archéologue Léon Coutil prend sa succession en 1900. Pour autant, le château garde encore beaucoup de mystères qui n’ont pas été résolus à ce jour.

27chateaugaillard02L’architecture

Le château se situe sur un éperon rocheux dominant la Seine d’environ 90 mètres. Les vestiges ne permettent pas d’imaginer le vaste dispositif mis en oeuvre qui permettait de vérouiller le fleuve. Outre un bourg fortifié au pied du château, un petit château (le château de l’île) se situait sur l’autre rive.

Sur les rives du fleuve, une estacade constituée de pieux empêchaient le débarquement et le passage des bâteaux. Le château était précédé de deux tours jouant le rôle d’avant postes (Les tours de Clery et de Boutavent).

Château-Gaillard est constitué en pierre. Son plan complexe est conçu pour ralentir au maximum les assaillants. Contrairement aux autres constructions de son époque qui se limitent à un rempart épais autour d’un donjon, il préfigure ce que pourra être plus tard les défenses mises en place par Vauban, en multipliant les dispositifs défensifs. Constitués en différents modules imbriqués il privilégie l’épuisement de l’envahisseur sur l’épaisseur des constructions. Le château peut en étant plus vaste, nécessiter moins de soldats pour le défendre.

Le donjon

Le donjon est la partie la mieux préservée du château. Cette tour circulaire ressemble au peu dans sa forme à celle du Château de Gisors. Renforcée par des contreforts qui supportaient naguère les mâchicoulis (disparus aujourd’hui). La Tour comportait trois étages, l’entrée s’effectuant au premier niveau.

27chateaugaillard03Résidence du seigneur des lieux, le donjon se situe dans une cour en hauteur protégée par une enceinte et un fossé extérieur. Outre les appartements du seigneur, la tour abritait une salle pour la garnison, un four à pain et une armurerie. Les celliers se trouvaient dans des cavités creusées dans la roche et permettaient selon les spécialistes d’y loger deux ans de vivres.

L’enceinte du donjon est de forme ellipsoïdale et comporte une particularité, celle d’avoir sur un côté, une surface festonnée, dont la particularité est de mieux résister aux projectiles.

Une seconde enceinte entoure la basse court qui elle même englobe la haute-cour et son donjon. Elle comprenait notamment une chapelle et des bâtiments domestiques mais dont il ne reste pas grand chose.

Ouvrage avancé

Le château comprend un ouvrage avancé qui n’est relié au château que par un pont qui enjambe le fossé. Destiné à protéger la partie la plus vulnérable du château, il servait également d’entrée au château.

Données techniques

  • Longueur : 200 m
  • Largeur : 80 m
  • Altitude : environ 100 m (celle de la Seine se trouvant à 10 m)
  • Coût : 45 000 livres pour l’ensemble du programme de fortification (château avec les avant-postes, le pont sur la Seine et le bourg de la Couture)
  • Poids : 4 700 tonnes de pierre
  • Donjon : 8 m de diamètre intérieur, 18 m de hauteur
  • Murailles : 3-4 mètres d’épaisseur
Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : admin