Moulin fortifié de Barbaste

Position : 44° 10 12" N 0° 17 22" E

 

Tags :

Thèmes : Lot-et-Garonne | Moulins fortifiés

 

Plus forteresse que Moulin, cet édifice fut utilisé comme château péager contrôlant le pont à neuf arches de Barbaste qui enjambe la Gelise. Sa fonction de moulin perdura jusqu’en 1905. A partir des premières restaurations en 1950, le moulin a été réhabilité.

Présentation

GPS : POI Aquitaine44°10’12.4″N 0°17’22.4″E

800px-Barbaste_Muehle

Par ses dimensions, on imagine pas que cette forteresse puisse être un moulin. Pourtant c’est une minoterie florissante qui y verra le jour au XIVe siècle. Elle connaitra des heures de gloire au milieu du XIXe siècle avant de baisser pavillon au débu du siècle suivant.

Situation géographique

Histoire

Construit autour de 1308 par les  seigneurs de Lavardac, il est situé sur la rive droite de la Gélise au carrefour de deux anciennes voies romaines, la Ténarèze reliant la  Garonne aux Pyrénées,  et la voie reliant Bordeaux à Auch. Le moulin garde la pont qui enjambe la Gélise qui existait déjà en 1271.

Le moulin devient la propriété au cours du XIVe siècle de la maison d’Albret puis deviendra la possession d’Henri IV par succession. Le roi de France qui se présente régulièrement comme meunier fait restaurer le moulin en 1579.  Devenu avant tout une forteresse  aux XVIe et XVIIe siècles, il subit deux sièges en 1621 et 1653. Louis XIV cède cette possession nationale aux duc de Bouillon, qui le gère jusqu’à la révolution.

Le moulin est racheté  au XIXe siècle par  Messieurs Aunac et Remy, banquiers à Agen. Il y font construire en 1821 une demeure à trois niveaux. La « Maison Aunac » change de main en 1848 et se dote d’un entrepôt commercial. Antonin Bransoulié, le nouveau propriétaire, modernise les installations de production de farine. Destinée au Antilles, elle permet de développer un commerce florissant notamment entre 1864 et 1880, le moulin étant exploité par la société des moulins d’Henri IV, dirigée par Edmond Caupenne. Après 1880 l’activité décliné pour cesser définitivement en 1905. Il sera classé Monument Historique en 1889.Abandonné à son sort, le Moulin est exploité entre 1940 et 1960 comme  usine d’agglomérés de liège. Le Moulin commencera à être restauré en 1950. Il est racheté par  le syndicat intercommunal de Nérac, Barbaste et Lavardac en 1988.

Architecture

Le moulin est constitué d’un bâtiment principal, le corps de logis, d’un plan carré de quinze mètres de côté. Quatre tours forment les angles et ont la particularité d’être de hauteur différente de 26 à 29m de haut. La légende veut que le bâtisseur aurait voulu rendre hommage à ses quatre filles de taille différente.

Une bretèche  au sud protège l’entrée du Moulin et une autre est positionnée au nord pour protéger l’écoulement des eaux. La roue à aube se situait un milieu du corps de logis.

Pour la partie défensive, de nombreuses meurtrières son percées dans les murs des tours. Le sommet du corps de logis comprend un chemin de ronde crénelé qui en fait le tour.

En 1821, une demeure de trois niveaux disposant de baies en plein contre au rez-de-chaussée. Elle dispose à l’étage d’une galerie qui donne sur la rivière.


Approfondir le sujet

Les commentaires ne peuvent plus être ajoutés.

pagerank