Architecture > construction mégalithique > Caixa de Rotllan

Caixa de Rotllan

La Caixa de Rotllan ou Cache de Rolland est un dolmen datant environ de de 2500 avant J. C-. Situé sur la commune d’Arles-sur-Tech connue pour son Abbaye Sainte-Marie, cet édifice est composé de trois pierres verticales recouvertes d’une dalle. D’après la légende, le chevalier Rolland aurait été inhumé à cet endroit après sa mort au court de la bataille de Roncevaux.

 

66CaixaRotllan01

Histoire

Datant d’une période comprise entre le chalcolithique et le début de l’âge du bronze, il sert depuis le Moyen-Age comme borne de séparation entre Arles-sur-Tech et Montbolo. En 1837, son existance est mentionnée dans un premier texte de Jean-Baptiste Renard de Saint-Malo intitulé « Monument druidique (entre Arles et Batère) ». Puis c’est Louis Companyo en 1861 dans « Histoire naturelle du département des Pyrénées-Orientales » qui aborde le sujet, ce dernier mettant en doute le fait que la Caixa de Rotllan soit un Dolmen. Mais la première description scientifique est dué à Alexandre-Félix Ratheau (1866). Il note ses dimensions et en fait une description graphique précise.
En 1887, une gravure du Dolmen réalisée par Henri Raison du Cleuziou est publiée dans « La création de l’Homme et premiers âges ».
Bien que classé Monument Historique en 1889, il n’a jamais fait l’objet de fouilles officielles.
Dès le, ce Dolmen est une attraction touristique mentionnée dans différents guides. Son nom est à cette époque francisé devenant « Caxa de Roland ».

Architecture et situation

Ses trois pierres verticales forment un H et sont surmontées d’une large dalle. Ce type de construction est repris dans d’autres construction du même type du département des Pyrénées-Orientales. Son plan simple ne délimite qu’une chambre rectangulaire et ne présente pas de couloir. le dolmen est orienté vers le sud-est.
Gravure d'Alexandre-Félix Ratheau (1822-1862)
Gravure d’Alexandre-Félix Ratheau (1822-1862)
Comme la majorité des 146 autres ouvrages du type du département il il est situé sur une ligne de crête, ici celle du flanc Sud du massif du Canigou. Il est érigé à 830 m d’altitude.

Comment s’y rendre

L’accès s’effectue depuis la commune d’Arles-sur-Tech par deux chemins. Le premier suit la rivière Bonabosc avant d’emprunter un petit sentier sur une soixantaine de mètres à travers bois. L’autre possibilité est de prendre le GR10 puis un sentier de petite randonnée qui est balisé. Il faut dans les deux cas compter une heure trente de marche pour atteindre le point signaler sur la carte IGN (1/25000).
Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : admin