Regions > Alsace > Bas-Rhin > Château de Fleckenstein

Château de Fleckenstein

Situé dans le Bas-Rhin, le château de Fleckenstein est le second château d’Alsace le plus visité. Ce château fort semi-troglodyte tire sa particularité de la forme du rocher tout au hauteur autour duquel il est construit.

Position : 49° 02′ 41″ Nord 7° 46′ 19″ Est (POI Alsace)

Présentation

Situé dans une région riche pour ses vignobles, caractérisée par ses nombreux châteaux forts, le château de Fleckenstein est une véritable prouesse technique surtout quand on imagine les bâtiments, aujourd’hui disparus qui surmontaient le rocher. Il faisait partie d’une série de places fortes qui devaient surveiller la route de liaison entre Bitche et Wissembourg.

67fleckenstein01

Histoire

L’existence du château de Fleckenstein est attesté en 1165. Sa construction n’est pas déterminée avec précision, mais on estime qu’il daterait du début du  XIIe siècle. Il est resté dans la famille des  barons de Fleckenstein jusqu’en 1720. Au XIIe siècle, ils sont au service des empereurs Hohenstaufen.

En 1275, Wolfram de Fleckenstein fait prisonnier Frédéric de Bolanden, évêque de Spire, après un différent. Retenu au château, il est libéré après le siège mené par Rodolphe de Habsbourg en 1276 et la capitulation de Wolfram.

Au XVIe siècle le château du Fleckenstein. Il était partagé entre les deux branches des Fleckenstein. On retrouve les armes de Frédéric de Fleckenstein et de Catherine de Cronberg au niveau la tour d’escalier. Mal entretenu, il sera restauré et remanié entre 1407 et 1441. Il sera à nouveau renforcé entre 1540 et 1560.

En 1689, les troupes du baron de Montclar conduites par le général Melac détruisent le château à la poudre noire. A la mort d’Henri-Jacques de Fleckenstein,  à l’âge de 84 ans, la possession du fief passe aux Rohan-Soubise (1720). A la révolution, le dernier propriétaire, le prince Louis Marie de Rohan-Guéméné part en exil et le château est pris comme bien national. Jacques Schunck, agent national de la commune acquière la partie soumissionnable correspondant aux ruines du château et aux terres. Seuls les forêts resteront la propriété de l’état. A la Restauration, les Rohans récupèreront leur possession.

Le Château passe de mains en mains avant de devenir la possession du général Harty, baron de Pierrebourg en 1812. Il est racheté par l’État en 1919 puis par le syndicat d’initiative de Lembach en 1958.

Le château a été classé monument historique en décembre 1898.

Architecture

Le château est une forteresse en forme de bateau long de 90 mètres sur dix mètres de largeur. Le roc de grés rose haut de 30 mètre a obligé les constructeurs à la conception de systèmes ingénieux pour la collecte de l’eau vers une citerneet pour le montage des charges.

Construit en partie à l’intérieur du roc et en partie à l’extérieur, le château assurait grace à se construction troglodytique la meilleur des protections face aux assaillants. Aujourd’hui il en subsiste derrière l’enceinte la basse cour et une tour carrée. A l’intérieur du rocher on retrouve encore de nombreuses salles et galeries. La salle des garde est la plus intéressante avec son pilier central naturel. C’est aussi le point d’accès d’un passage secret qui permet d’accéder aux fortifications côté sud.

Les parties les plus anciennes de l’ensemble sont les escaliers creusés sur le rocher, les salles troglodytiques et la citerne. Dans une seconde phase de construction du début du XIIIe siècle, on peut noter la construction de la tour du puits. Plus tard aux  XVe et XVIe siècles, des constructions seront élevées sur la plateforme. A noter que la porte intérieure de la basse cour serait datée entre 1407 et 1423. La porte extérieure serait ultérieure, de 1428 ou 1429.
Dans l’ensemble il ne reste que des vestiges ruinés mais qui permettent d’imaginer ce que pouvait être cette forteresse au XIIIe siècle.

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : La rédaction