Regions > Bourgogne > Côte-d'Or > Flavigny-sur-Ozerain

Flavigny-sur-Ozerain

Sujets de l'article :

Cette bourgade de [Côte d’Or est une cité médiévale située sur un éperon rocheux. Cernée par une géographie favorable à sa défense (3 rivières), Flavigny-sur-Ozerain est un village pittoresque et qui mérite qu’on s’y arrête. Cette seigneurie de l’Auxois a traversée l’histoire mais à perdu de son lustre d’antan.

Présentation

Depuis la création de l’abbaye, Flavigny rayonne sur un territoire vaste qui s’étend de sur une zone allant de Dijon, à Autau et Langres. Les seigneurs sont des ecclésiastiques.

21flavigny01

L’entrée de Flavigny s’effectue par la Porte du Bourg qui date du XIVe siècle. On arrive rapidement sur l’ancien hôtel particulier de Coutier de Souhey qui date du XVIIIe siècle. Il est occupé de nos jours par l’Abbaye Bénédictine St Joseph de Clairval.

Le patrimoine architectural est très riche est on peut y retrouver de nombreuses maisons érigées entre le XIIe et le XVIIIe siècle. On peut encore voir là où s’est arrêtée la construction du couvent des Ursulines (1720).

Historique

Le site a, selon plusieurs hypothèses, accueilli les armées de César en vue du siège d’Alésia  en 52 avant J.C. Selon l’histoire il aurait fait construire un camp et des fortifications en face de l’oppidum d’Alésia, présent sur l’autre rive de l’Ozerain (situé sur l’actuelle Alise-Sainte-Reine.

Durant la période gallo-romaine, le lieu se dénomme « Flaviniacum » du nom du propriétaire des terres, Flavinius. On y retrouve à cette époque une villa et un castrum depuis totalement oublié.

L’histoire de la cité remonte véritablement au VIIIe siècle. A cette époque, une abbaye bénédictine y est fondée.

En 719, la région de Flavigny est sou la domination des burgondes. L’abbaye bénédictine St Pierre de Flavigny y est fondée. Le corps de St Prix, évêque de Clermont (au VIIe siècle) y est ramené en 755 par l’abbé Manassès dit le Grand. L’abbaye reçoit un certain nombre d’aménagements par valoriser ses reliques. Elles sont déposées dans une crypte. On note à cette époque de nombreux écrits mentionnant l’abbaye dont un de Charlemagne.

D’autres reliques (celles de Sainte Reine) sont rapatriées d’Alise-Sainte-Reine à Flavigny le le 22 mars 864. Elles sont déposées dans la « Prison de Ste Reine », sanctuaire à rotonde. Une nouvelle abbatiale consacrée à Jean VIII est érigée en 878.

Le 11 janvier 887, Flavigny connait son premier siège. Les Vikings l’assiègent pendant deux semaines jusqu’au 25 janvier. On notera huit morts parmi les membres de l’abbaye. Jusqu’au Xe siècle, l’abbaye recevra de nombreux aménagements et améliorations.

Au Xè siècle, une première enceinte fortifiée est bâtie par Renaud II, seigneur et abbé de Flavigny. Elle protège l’abbaye et la ville des assaillants. Sa construction durera jusqu’au XIIIe siècle.

Entre 1085 et 1092, les reliques sont déposées dans une chasse en métaux précieux (or et argent) et ornée de pierres précieuses.  Elles y étaient accessibles via une galerie. Mais seuls certains pèlerins avaient le privilège de les approcher.

Au XIIIe siècle, l’abbaye reçoit une nouvelle nef gothique dont il ne reste pas grand chose à ce jour. L’église Saint-Genes est reconstruite. Elle est rénovée au XVe siècle se dotant au passage d’une tribune, d’un chœur et de stalles sculptées. Les constructions sont continuelles, grâce au gains commerciaux enregistrés par la cité. Les fortifications sont améliorées aux XIVe et XVe siècle.

Au XVe siècle l’abbaye est rénovée par l’archevêque de Besançon, Quentin Ménard. Ce dernier natif de Flavigny y apportera un grand soin.

Pendant les guerres de religions, Henri III  établit à Flavigny le Parlement loyaliste de Bourgogne en opposition totale au Parlement ligueur de Dijon (entre  1589 et 1592.

Les Ursulines que l’on retrouve également à Autun s’installent en 1632 en provenance de Langres. Elles ouvrent une école pour jeunes filles. Elle bâtissent un nouveau couvent (1700) mais qui est abandonnée faute de fonds (1720).

En 1784, 1311 habitants vivent dans la cité. Deux siècles plus tard ils ne seront plus que 400.

Au XVIIIe siècle, de nombreux aménagements sont encore effectués notamment au niveau de l’abbaye. La révolution française a elle aussi ses effets et la majorité des  biens sont confisqués au profil de l’état.

Le Logis du Grand Bailli d’Auxois, construit au XVe siècle devient en 1848 le noviciat des Frères Prêcheurs.

En 1863, Flavigny reçoit l’eau courante bien avant toutes les autres villes de la région. La turbine du Moulin Chantrier produira quelques années plus tard l’électricité de la ville.

Monuments
L’Abbaye bénédictine Saint-Pierre (VIIIe/XVIIe siècle) : on peut y voir des vestiges d’époque carolingienne (crypte Sainte-Reine). La crypte se visite.
L’église Saint-Genest (XIIIe siècle) : Remaniée aux XVe et XVIe siècles, on peut y voir des stalles du XVIe siècle, une tribune centrale de style gothique et une importante statuaire.
L’hôtel particulier du Marquis de Souhey (1700) : ne se visite pas. Il est occupé par les moines bénédictins de l’Abbaye Saint-Joseph de Clairval.
Maison des Arts Textiles & du Design : Ce musée créé par le designer Daniel Algranate retrace l’histoire des Arts Textile de l’Auxois
Portes du Bourg (XVe siècle)

L’anis de Flavigny

Spécialité locale

La spécialité de la cité est l’Anis de Flavigny ®. Ce sont des dragées contenant en leur cœur une graine d’anis. Elles ,e contiennent que  du sucre, une graine d’anis et des arômes naturels. La recette date de 1591. Ils continuent d’être fabriqués dans l’Abbaye Saint-Pierre, à Flavigny.

Visite

Pour visiter la ville n’hésitez pas à vous reporter sur le site www.flavigny.com qui présente un bon descriptif du lieu.

* Plan : http://pagesperso-orange.fr/flavigny/images/Plan%20schematique%20du%20village.jpg

 

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : admin