Moulin du Temple (Blésignac)

Retrouver ce lieu dans nos POIs de la Gironde
Position : 44° 47 17" N -0° 15 7" W

 

Tags :

Thèmes : Gironde | Moulins

 

Le Moulin du Temple à Blésignac (Gironde, Entre-Deux-Mers) est un site typique du Moyen-âge, période où les commanderies de templiers étaient des acteurs important de l’économie paysanne. Construit sur un affluent de la Canaudonne, ce moulin date du XIIe siècle.

Description
La commanderie de Montarouch implantée à Targon a donné son nom au à ce moulin. Son exploitation dura pendant près de sept siècle avant que le site soit abandonné et oublié.

Moulin du Temple (Blésignac)

Histoire

La construction du Moulin est attestée au XIIe siècle même si la date précise de sa construction n’est pas connue de façon exacte. On sait qu’il fut élevé à proximité d’une ferme. Les bâtisseurs du moulin prirent la peine au préalable de détourner l’eau de la rivière vers un canal comme il est de rigueur encore aujourd’hui (le moulin et son alimentation en eau sont construits en parallèle du cours d’eau et ne le coupe pas). Cette situation était d’ailleurs à l’origine de litiges entre seigneurs et commanderies, les lâchés d’eau étant des problématiques importante dans la gestion de l’activité des moulins.

Initialement la roue était située à l’extérieur du bâtiment mais au cours de la guerre de Cent Ans, elle aurait été déplacée à l’intérieur pour ne pas être détruite lors d’attaques.

Le site n’évolua quasiment pas jusqu’au XIXe siècle. Entre 1830 et 1850, un bâtiment attenant fut construit.

Architecture

Architecture

Le site comprend aujourd’hui plusieurs bâtiments. Outre la chapelle du XIIe siècle qui est en piteux état, on retrouve toujours le bâtiment qui abritait le moulin et un bâtiment annexe datant du XIXe siècle.

Le moulin en lui même est un bâtiment modeste si on le compare à d’autres moulins de la région. L’intérieur est totalement délabré et ne garde que peu d’indice de son agencement si ce n’est qu’on peu encore imaginer la présence d’un étage pour le logement du meunier et du grain. L’escalier taillé dans le rocher qui permettait d’y accéder est encore visible. L’intérieur du moulin comprend une particularité peu commune. Il s’ouvre sur une longue carrière de pierre. A l’origine il était équipé de deux meules entraînées par une roue de 3m50 de diamètre.

La partie du XIXe siècle comprend des ornements de coquillages assez inhabituels.

L’ensemble comprenait à proximité une chapelle (Saint Jean-Baptiste) également construite au XIIe siècle. Son chevte est orné de trois fnêtres romanes.

Le monument aujourd’hui

Le site s’est considérablement délabré en quelques années au point où la croix visible sur la photographie est désormais absente. Dans l’ensemble le monument montre de profonde dégradations alors qu’il était encore en exploitation au XIXe siècle. Désormais des recherches et des fouilles sont entreprises sur le site qui vise à terme à remettre en eau le moulin malgré la baisse générale des cours d’eau en Entre-Deux-Mers.  L’état du moulin est bien loin de ce que l’on peut voir non loin de là à Blasimon.

Les vestiges sont à l’image de la chapelle qui après avoir servi de garage est livrée à l’abandon.

Le site est rarement ouvert au public. Dans le cadre des journées du patrimoine 2012 (15-16 septembre), le site était accessible et des visites guidées étaient organisées. Ce dispositif est en général reconduit depuis lors de chaque journée du patrimoine.


Approfondir le sujet

Les commentaires ne peuvent plus être ajoutés.

pagerank