Architecture > Châteaux et Palais > Château Fort > Château de Beynac

Château de Beynac

Sujets de l'article : Chateau fort

Le château de Beynac est l’un des plus belles forteresses médiévales de la vallée de la Dordogne. Du haut de son promontoire vertigineux il est connu pour être l’un des mieux préservés. Souvent utilisé comme décor pour la télévision et le cinéma, il est l’un des lieux incontournables de la Dordogne.

En venant des rives de la Dordogne, le château impressionne du haut de sa falaise de 150m de haut. Ce rempart naturel le long de la Dordogne doit être gravi par des rues sinueuses depuis la ville basse. le plan de la forteresse dessine un quadrilatère non régulié disposant d’un bastion en éperon au sud. Sur le plateau une double enceinte assure une puissante protection.

Présentation

C’est une construction médiévale, d’allure austère, perchée sur le haut d’un plateau calcaire dominant le bourg sur la rive droite de la Dordogne. Le château présente la forme d’un quadrilatère irrégulier prolongé au sud par un bastion en éperon. Le sévère donjon, garni de créneaux, date du XIIIe siècle. Protégé du côté du plateau par une double enceinte, le château surplombe la Dordogne de 150 m.

Relativement austère, il est visible depuis les autres forteresses des alentours et notamment depuis le château de Castelnaud-la-chapelle. Sa découverte depuis le bas du village (20 minutes de marche jusqu’au château)  permet d’apprécier la prouesse architecturale.

Sa préservation en fait aujourd’hui un décor de cinéma apprécié. Le Capitan avec Jean Marais (1960), Jeanne d’Arc de Luc-Besson ou la Fille de d’Aratagnan y ont été en parti tournés.

Historique

Quand au XIIe siècle , les barons de Beynac décident de construite la forteresse pour verrouiller la vallée de la Dordogne, le site est particulièrement bien choisi. Avec une falaise à pic haute de 150m, les bâtisseurs peuvent concentrer leur énergie à la défense du plateau. Il vont imaginer une double enceinte crénelée disposant chacune de ses douves et protégées par une double barbacane.

Faute de descendance à la mort d’Adhémar de Beynac (1147-89), le roi d’Angleterre Richard Cœur de Lion récupère le château et le donne à son fidèle compagnon  Mercadier, son fidèle routier. Ce dernier meurt en 1200, assassiné à Bordeaux. La famille des Beynac récupèrent la châtellenie avant 1241. Depuis Adhémar, elle s’est agrandie avec l’intégration du château de Commarque. Elle est divisée en 1241 entre Gaillard et Mainard de Beynac, le domaine étant au final réuni en 1379.

La Dordogne marque alors la frontière entre France et Angleterre. Les deux ennemis se surveillent depuis leurs forteresses, les anglais étant installés dans le château de Castelnaud. Le château ne subira que peu de destructions et sera amélioré au fil des siècles. Le dernier marquis de Beynac, Claude décédera le 4 novembre 1753 sans  succession. Les Beaumont-Beynac succéderont aux Beynac à partir de cette époque jusqu’en 1961. Mis aux enchères en 1962, il est acquis par Lucien Grosso qui a fait fortune dans les Casinos et les Boites de nuit. Il va s’investir dans la restauration du chteau jusqu’à ses derniers jours (16 juillet 2008), relayé par son épouse (décédée le 17 février 2016). Transmis par donation au sénateur Albéric de Montgolfier, il est désormais géré par une société indépendante.

Le 11 février 1944, le château a été classé monument historique.

Architecture

Quand Meynard de Beynac construit le château, il érige un grand donjon carré de style roman. Le donjon est percé de peu d’ouvertures et une cage d’escalier à vis permet de passer d’un niveau à l’autre. Une bretèche et une échauguette complètent l’ensemble. Au sommet une terrasse crénelée permet de surveiller les environs à 360°. On retrouve à cette époque un logis situé dans sa proximité. Un second logis sera construit à l’opposé au XIVe siècle.

Au XVIe siècle, puis au XVIIe siècle, les logis sont réaménagés et agrandis. La cour carrée située à la base du donjon dessert les communs, les écuries et la chapelle construite à flan de falaise. Les appartements du XVIIe siècle conservent encore aujourd’hui leurs boiseries de l’époque et de beaux plafonds peints. A remarquer la salle de réunion des États du Périgord, où se réunissait la noblesse locale (quatre baronnies de Beynac, Biron, Bourdeilles et Mareuil). Elle comporte une cheminée sculptée et donne sur un oratoire dont les décors datent du XVe siècle. Les fresques sont bien préservées et représentent des scènes religieuses (Saint-Christophe, Piéta, cène,…) ou de la vie quotidienne de la noblesse de l’époque.

Le chateau qui a fait l’objet de plusieurs campagnes de restauration est dans un état de conservation remarquable.

Bibliographie et documentation

Site officiel du château : http://chateau-beynac.com/

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : La rédaction

1 commentaire sur “Château de Beynac

Commentaires fermés.