Architecture > Châteaux et Palais > Château Fort > Château de Ganelon

Château de Ganelon

Forteresse mythique ou réalité ? Le château dit de Ganelon aurait été implanté après 700 sur le Mont Tourvéon. Enfouis sous les feuillages du Mont Tourvéon, le Château de Ganelon ne présente au final que quelques vertiges qui ne permettent pas d’imaginer l’architecture de ce château.

La légende

69tourveon01

Le site de Tourvéon est connu depuis l’antiquité et les romains y établirent un oppidum. Tourvéon était chef-lieu d’une partie de la province des Ségusiaves. Le centre administratif situé à Feurs sera déplacé à Lyon lors des premières invasions barbares vers 400. Cela semble correspondre à une première phase de destruction de l’oppidum.

Détruit entre 800 et 900 sous Louis Ier Le débonnaire, fils de Charkemagne, il est associé à une légende locale, qui aurait été rapportée par des trouvères au XIIe siècle. Faute de vestiges avérés, les principaux témoignages restent aujourd’hui des histoires et légendes locales.

Fondements de la légende

L’origine de la forteresse qui s’étendait sur le mont est très incertaine et il est rare de trouver des témoignages probants. La légende (dite de Ganelon) affirme en tout cas que lieu abritait un seigneur cruel, Ganelon, qui s’y réfugia en 778 après sa trahison à Roncevaux (Chanson de Roland). Poursuivi pour sa terrible réputation de voleur, de pilleur et pour sa cruauté, il fut finalement capturé puis enfermé dans un tonneau garni de grosses pointes et de lames tranchantes. On le fit rouler du haut du Mont jusqu’à l’église de Chénelette. On dit également que son château abritait un énorme trésor. Mais de ces « histoires pour enfants », il est bien difficile d’en dégager une vérité.

Quoi qu’il en soit, la forteresse aurait été détruite sur ordre de Louis Le Pieux (dit le débonnaire) probablement après son arrivée sur le trône en 816. Certains écrits parlent d’une destruction autour de l’an 800.

Architecture

Les rares fouilles qui y furent réalisé ont déterminé que se dressait un énorme château fort probablement basé sur un ancien oppidum romain. Son architecture était composée d’une enceinte qui entourait le mont et d’un château en son sommet composé de deux tours reliées par deux murs.

Les vestiges de la base des murs sont encore visibles et les restes d’enduit attestent de la construction du château.

Bibliographie

Autour des Écharmeaux », R. Lavenir et F. Pardon
« Histoire de Propières », Abbé Comby

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : admin