Architecture > Arsenal > Cimetière de navires de Landévennec

Cimetière de navires de Landévennec

Sujets de l'article : Presqu'île de Crozon

Loin des icônes de la Bretagne, des calvaires ou autres mégalithes, le cimetières de navires situé dans un méandre de l’Aulne est une curiosité du département du Finistère. De grands noms de la marine française, tels que la Jeanne d’Arc ou le croiseur Colbert sont passé par ce mouillage.

Duguay-Trouin et l’Albatros en 2017. Photo DRA

L’histoire de ce mouillage débute en 1840. La station de Landévennec accueille à cette époque les navires de réserve qui animent la petite cité grâce à la présence de centaines de marins. Progressivement le site est devenu une zone de mouillage pour les coques en attente de démantèlement.

Dans ce dernier méandre qui entoure l’île de Térénez, l’Aulne y maintient une profondeur stable de plus de dix mètres. Le site est peu exposé aux vents grâce à la configuration en hauteur de ses rives. Très tôt il a été identifié comme un havre idéal pour le mouillage. Toutefois des fonds inférieurs à 5m de profondeur de la passe du banc de Capelan empéchent les navires les plus importants de rejoindre le méandre.

Le cimetière occupe une zone Natura 2000. Les directives qui régissent ce classement ont imposé des périodes sans activité sur la zone, en particulier pendant la nidification des oiseaux au printemps.

Des coques ayant transité par Landevennec, il ne restait en 2018 que les :

  • Duguay-Trouin (2014) Frégate anti-sous-marine Type F67 Classe Tourville
  • Albatros (2016) Patrouilleur austral
  • La Capricieuse (2018) Patrouilleur Type P400
  • La Gracieuse (2018) Patrouilleur Type P400

Le cimetière peut être regardé depuis un point de vue indiqué au bord de la route de Landevennec (panneaux d’information) mais aussi depuis les jardins de l’Abbaye (nouvelle) de Landevennec (privée). Les points de vue situés le long de la D791 à Térénez sont aussi particulièrement intéressants avec la lumière du matin.

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.