Regions > Bretagne > Finistère > CR-29/30/31/32 Telgruc-sur-Mer (Atlantikwall)

CR-29/30/31/32 Telgruc-sur-Mer (Atlantikwall)

Comme de nombreuses plages du Finistère, particulièrement exposées à un débarquement amphibie, la plage de Trez-Bellec (Telgruc-sur-Mer) reçoit à partir de 1943 des positions de défense du Mur de l’Atlantique (Atlantikwall). Elle bénéficie d’une couverture complète grâce à trois positions au centre, au Nord et au Sud.

 


Bunker VF de la CR-31

Les positions

Les positions postées autour de la Plage de Trez-Bellec sont les suivantes dépendent du Groupe de défense côtier « KV-Gr Camaret » (secteur AtlantikWall 7 KVA B) :

  • CR-29 Kergariou
  • CR-30 Telgruc-sur-Mer
  • CR-31 Telgruc-sur-Mer Sud
  • CR-32 Telgruc-sur-Mer Menez Luz

Selon les sources ces positions possèdent ou non une numérotation. Nous avons retenu celles proposées par le site Reklite.

La position CR-29 Kergariou couvre au Nord l’accès à la plage. Elle est équipée d’une casemate type 667 modifiée (SK) pour canon de campagne de 5cm. Elle diffère du plan type par son accès compte tenu de sa position en rez de falaise. Il ne dispose pas, en particulier de son mur de flanquement.

le 667SK accessible depuis le sentier côtier

En face, on retrouve la position CR-31 équipée d’une casemate VF (Verstärkt FeldmäBigen) dont l’accès n’est pas protégé et d’un abri sous terrain. Au Nord de la CR-29 était prévue une station radar (CR-32) qui n’aura jamais été achevée. Selon les archives allemandes elle devait être équipée de deux radars un FuSE 80 Freya A/N (longue portée) et un FuSE 65 Würzburg-Riese. Dans les faits, le second n’a jamais été construit contrairement à ce que précisent une partie des archives allemandes.

La plage est protégée au centre par une position CR-30 et par des tétraèdres et équipements classiques de protection de plage.

Les vestiges

Par rapport a des positions plus complexes autour du goulet de Brest, les positions de Telgruc n’en restent pas moins intéressante. Elles permettent d’apprécier d’une autre façon le Mur de l’Atlantique, souvent composé de position bien plus modestes que ne voulait le présenter la propagande allemande.

Le 667SK de la CR-29 est totalement accessible. Il présente toujours son crépi de camouflage d’origine. A l’intérieur, bien que remblayé d’une couche de 70 à 80cm de terre, il présente encore la pièce métallique permettant de bloquer un canon de campagne. Cette version modifiée du plan type comprend un couloir de protection dans le lequel on peut encore voir une niche pour un téléphone.

Les vestiges de la CR-30 ont disparu mais sur la plage au gré des marées, on peut encore voir quelques vestiges de supports de tétraèdres. Cette position devait être composée d’une façon analogue à la plage de l’Aber avec principalement des tobrouks VF58a.

CR-30 – Restes de supports de tétraèdres

Au Sud, du CR-31, n’est plus accessible que le Bunker VF. Il était équipé initialement d’un canon ou une mitrailleuse lourde avec un dispositif de récupération de douilles dont en voit encore l’embrasure blindée, la tablette de fixation et l’orifice au sol d’extraction des douilles. Une sphère métallique orientable fermait l’embrasure sur l’extérieur. Elle a aujourd’hui disparu et a été remplacée pour des questions de sécurité par un croisillon de bois. La visée s’effectuait à l’aide d’un créneau 48P8 présent à la droite du tireur, permettant à un soldat d’apprécier la justesse des tirs et de surveiller la plage en toute sécurité. On peut retrouver une casemate SK très proche sur la CR-8 – Goulien Sud.

L’abri sous terrain encore visible et accessible en 1957 est depuis recouvert par un centre nautique.

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : admin