Cité médiévale de Besse-et-Saint-Anastaise

Position : 45° 30 42" N 2° 55 59" E

 

informations pratiques
Accès : libre
Visite : Visite guidée 6€/adulte et 3€/enfant(6 à 12 ans).

 
Contact :
Bureau de tourisme de Besse
Tel: 04 73 79 52 84
Site internet

Tags :

Thèmes : Puy-de-Dôme | Village

 

Cette commune d’Auvergne a conservé jusqu’à aujourd’hui son visage médiéval. Avec son Beffroi, ses rues étroites et ses nombreux bâtiments des XVe et XVIe siècle propose une unité architecturale étonnante. Elle se situe dans un périmètre où on trouve notamment la Chapelle de Vassivière et le Château de Murol (13km/20 minutes).

Présentation

En rentrant dans le ville vous passerez probablement devant un panneau indicateur qui signale l’ancienne dénomination de la cité Besse-en-Chandesse. Cette cité a conservé une grande partie de son caractère médiéval avec ses maisons anciennes et des ruelles qui y serpentent.

63Besse01

Histoire

L’histoire de Besse remonte au moins au XIIe siècle. En mai 1270 Bernard VII et Bertrand de la tour chanoine de Clermont octroient une charte de liberté aux habitants de Besse. On suppose qu’elle avait pour but de financer la guerre aux côtés de Saint Louis en Terre Sainte. Bernard VII y perdra la vie la même année lors du siège de Tunis.

Il faut attendre le XIVe siècle pour que des fortifications soient édifiées autour de la ville à la demande des habitants voulant se protéger des routiers Anglais. Guy de la tour accorde la construction d’une tour carrée à proximité de l’église, dite tour du Rosaire (1370). Face aux incursions anglaises en 1373, la ville sert de refuse à la population. Près de 500 hommes composent alors la garnison qui protège Besse composée à la fois d’habitant de la ville et des campagnes environnantes venus s’y réfugier contre un an de provision. Restant fidèle au roi de France, la ville ne fut jamais prise lors de nombreux sièges au cours de siècles.

Une seconde phase de construction aura lieu au XVe siècle. Charles VI octoie la permission de ceinturer complètement la ville de remparts en 1406 et 1417. En 1436 et 1449, le roi de France accorde aux seigneurs de la Tour la construction de murailles, de ports, d’un pont levis et de fossés. L’ancien fort devient le château des seigneurs.

Fille de Madeleine de la Tour d’Auvergne, Catherine de Médicis voue un attachement à cette région et plaidera en faveur des habitants de Besse. Cela permet à Besse, en 1588, de faite partie des treize Bonnes Villes d’Auvergne et de pouvoir désigner des députés à leur assemblée. L’art italien entre à Belle et les maisons bourgeoises se dotent des artifices architecturaux qui ont cours. Sous Louis XIV, les fortifications sont détruites.

A partir de 1693, les famines n’épargnent pas Besse. Un hôpital est fondé en 1740 par Marie Lamoignon (épouse de Broglie) tente d’y remédier. A la fin du XVIIIe siècle la culture de la pomme de terre permettra d’éviter le pire.

Pendant la révolution française, la Tour du Rosaire est détruite mais les destructions commandées depuis Paris ne seront jamais réalisées faute de moyens. Pour au plus quelques blasons seront détruits.

Le 2 avril 1961 la ville de Besse devient Besse-en-Chandesse avant de fusionner avec Saint-Anastaise le 1er juillet 1973. La commune porte depuis le nom de Besse-et-Saint-Anastaise.

 

Monuments et lieux remarquables

Les remparts. Construits à partir de 1370, les remparts dont il ne reste que ceux qui ceinturent le Beffroi, taient de deux toises et demie. Un rempart était accolé à la tour de l’église qui fut fortement fortifié. AU XVe siècle, la ville comprend trois portes dont seule la porte de l’horloge, ou Beffroi, subsiste. Les portes de Bessou et de l’Admirat ont été détruites. Les remparts comportent alors six tours et des murs équipés de machicoulis.

La ville comptait trois portes avec tour en plate forme, barbacanes et machicoulis: la porte de l’horloge (béfroi) qui existe toujours; celle de la Bessou et celle de l’Admirat qui n’existent plus aujourd’hui. Les murs d’enceinte avec machicoulis étaient flanqués de six grosses tours rondes d’une grande hauteur. L’ancien fort devint le château des seigneurs, qui ménagèrent un logement avec une chapelle.

Autres monuments :

Manoir Sainte Marie des Remparts

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA


Approfondir le sujet

Ce sujet est référencé sur d'autres pages : 2 réponses

  1. […] a été construit au XXe siècle, il reste un témoignage de l’architecture médiévale de la Cité de Besse-et-Saint-Anastaise. Construit à l’aide d’éléments de construction laissés à l’abandon ou […]

  2. […] cité médiévale de Besse-et-Saint-Anastaise reste profondément marquée par son histoire passée. Ses « vestiges » […]

pagerank