Cité médiévale de Chalençon

Position : 44° 52 40" N 4° 34 27" E

 

Tags :

Thèmes : Ardèche | Cité médiévale

 

Construite autour de son église, la cité de Chalençon apparait dans l’histoire à l’époque de la Guerre des Gaules en 52 av JC. Centre administratif sous Charlemagne, elle disposera de sa propre cours de justice jusqu’au XVIIe siècle.

Description
Surmontée par son oppidum romain, la cité de Chalençon s’abrite encore derrière sa vieille porte de Besse dont les fondations remontent au XIIe siècle et porte encore le souvenir de ses foires annuelles et de ses marchés.

07Chalencon10

Chalençon dispose d’un patrimoine varié, historique, religieux et témoignant de traditions locales. A l’époque romaine, il s’agit d’un site stratégique d’observation pour les romains puis au début du Moyen-Age, Chalençon gagne progressivement ses galons et devient sous Charlemagne un signe administratif important. La ville, baronnie au Xe siècle, se fortifie une première fois vers le XIIe siècle.

C’est aussi à cette époque de l’Eglise Saint-Pierre est fondée par les Moines de l’Abbaye de Saint-Chaffre (Haute-Loire).

Au XVe siècle, la cité qui s’est étendue se dote d’une seconde enceinte. L’essor économique est accru en 1551 quand Diane de Poitiers fait établir des foires annuelles et son marché. Comme ailleurs en Ardèche, la cité subit les guerres de religions qui poussent les protestants à la clandestinité.

Les remparts. Même si l’enceinte est aujourd’hui totalement absorbée par l’urbanisation, on peut encore voir de nombreux vestiges des lignes de mur le long des habitations. Une seconde enceinte a été bâtie au XVIe siècle.

Porte de Besse, porte du XIIe siècle, remaniée à plusieurs reprises. Classé monument historique le 31 mai 1927. On peut encore y voir les traces d’une bretèche et des blasons aux armoiries aux couleurs des familles de Poitiers et de Chervil

Eglise Saint-Pierre. Tout comme une grande partie du corps médiéval de la cité, l’église a été fondée au XIIe siècle.

Oppidum romain : même s’il n’est pas spectaculaire par ses vestiges il propose une belle balade sur les murs de l’enceinte. On profite aussi d’un beau panarama sur la vallée de Vernoux-en-Vivarais.

La Potence. Cette tour reste assez mystérieuse. Les recherches archéologiques et historique n’ont pas permis de déterminer l’usage de ce bâtiment. Il revêt cependant un intérêt manifeste avec une pièce surmontée d’une coupole et ajourée d’un oculus.

Mesures à grain du XVe siècle : particulièrement bien conservées, elles permettaient une fois couvertes de boisseaux de délivrer des quantités de 83L (Sestier), 41L  (Emine) et 20L (Quarte). Elles étaient également utilisées pour les redevances à la baronnie.

07Chalencon09

 


Approfondir le sujet

Les commentaires ne peuvent plus être ajoutés.

pagerank