Fort du Petit Bé (Saint-Malo)

Position : 48° 39 9" N -2° 2 19" W

 

Tags :

Thèmes : Fort | Ille-et-Vilaine

 

Ce fort construit sous la direction de Vauban, est l’un des six forts qui défendaient la cité malouine. Il est sous concession privée.

Histoire

La lutte fait rage entre français et ses ennemis  Anglais et Hollandais fait rage. La France doit protéger ses côtes et ses villes. Saint-Malo qui constitue en temps que futur premier port de France, d’une situation stratégique doit rapidement être protégé.

Vauban est mandaté pour constituer (et améliorer)  les défenses du royaume et notamment à Saint-Malo. Il met en place une défense établie grâce à plusieurs forts dont le centre est le Petit Bé. L’architecte Siméon Garangeau, nommé en 1691 Directeur des fortifications de Haute Bretagne, dirige la construction.

En cours de construction, le fort subit une première attaque anglaise (1693). A cette époque seule la partie inférieure du bâtiment (Est) était terminée. Un état des lieux établi le 1er janvier 1696 atteste d’un nombre de travaux important restant à réaliser. Mais ce n’est qu’en 1700 que le bâtiment principal reçu un plancher, des portes intérieures, deux escaliers (un en bois et un en pierre) et les fenêtres de l’étage. Un un accès dans les rochers est délimité de façon relativement sommaire.

Sa proximité avec les remparts de Saint-Malo (700 mètres) en font un bastion important. Il est alors doté de 19 canons et de deux mortiers et accueille jusqu’à 160 hommes. Le fort reste officiellement en activité jusqu’en 1885.

Déclassé, il devient la propriété de la ville de Saint-Malo qui, pendant près d’un siècle n’y fera aucun travaux ni entretien. Le monument est pourtant classé Monument Historique le 29 octobre 1921.

L’établissement le 1er Janvier 2000, d’un bail emphytéotique d’une durée de quarante ans entre la ville de Saint-Malo et un particulier permet l’engagement de travaux de restauration. Depuis cette date, le Petit Bé est ouvert au public.

Architecture

Le fort comporte une large plateforme recevant un bâtiment principal composé de trois niveaux. ce dernier comportait une chambre pour l’officier. Autour deux bastions permettent d’assurer la défense de l’ensemble. La plateforme surmonte le haut du rocher. Les corps de garde disposent d’embrasures qui couvrent une zone allant du sud de la Conchée à la rivière de la Rance.

Le bastion du nord contient la poudrière et celui du sud une citerne.

Dès 1695, Vauban avait élaboré le projet d’étendre vers l’avant le fort en le dotant d’un large bastion faisant face à Saint-Malo. Comportant sur sa partie supérieure un petit bâtiment, accessible par un pont-levis depuis la côte, il comportait sur le projet quatre emplacements de mortiers. Cette partie ne fut pas réalisée bien que revue à la baisse en 1716 par Garangeau.

En 1720, Garangeau propose un projet permettant de former un ensemble avec les deux Bés et les remparts, composant ainsi un espace protégé pour environ 80 navires. En 1793, le projet fut remis au goût du jour sans être réalisé; puis en 1823, le projet n’aura pas plus de succès. Finalement seules deux chaussée submersible furent réalisées permettant un accès facilité à deux cales (à l’ouest du Grand Bé et du Petit Bé) permettant un débarquement plus facile des passagers et des marchandises.


Approfondir le sujet

Les commentaires ne peuvent plus être ajoutés.

pagerank