Regions > Aquitaine > Gironde > Hôtel Ragueneau (Ancien hôtel de l’octroi de Bordeaux)

Hôtel Ragueneau (Ancien hôtel de l’octroi de Bordeaux)

Sujets de l'article : Bordeaux

Cet hôtel particulier remarquable de Bordeaux, datant du XVIIe siècle, est connu à la fois pour avoir abrité les Archives Municipales de 1939 à 2015 mais aussi pour sa glycine remarquable.

Cette propriété est construite à partir de 1643 pour Jeanne de Seurin (veuve de Pierre Ragueneau) par le maître-maçon Pierre Léglise. Il est achevé vers 1656. Il passera dans les mains de la famille Lacaze de 1700 à 1860.

S’il est conçu comme une résidence, il abritera des services municipaux dès 1662. Après une première période (1662-1679), les services de la ville s’y installent définitivement à partir de 1847 (acquis en 1860). Plusieurs services d’y succèderont : chambre de l’Édit de Guyenne (1662-1679), services centraux de l’octroi (1847-1928), bureaux municipaux (1928-1936), Archives municipales (1939-2015). L’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux et les sociétés savantes s’y installent à partir de 1939.

Il est réaménagé avant l’arrivée des Archives municipales en 1936 sous la direction de l’architecte municipal Jacques D’Welles. Le jardin est remplacé par des espaces de stockages d’archives.

L’hôtel particulier et sa glycine

L’hôtel Ragueneau est une rareté dans Bordeaux. Les réalignements de rues et les aménagements réalisés en grande partie aux XVIIIe et XIXe siècle ont fait disparaitre un grand nombre de constructions anciennes. Il est donc l’un des rares hôtels particuliers du XVIIe siècle encore visible à Bordeaux.

Sa curiosité vient aussi de sa glycine, plantée probablement vers 1863 qui fleurit le portail à la belle saison. Cette liane a gagné toute la largeur du portail et émerveille les passants dès le printemps.

La glycine a fait l’objet de soins particulier ces dernières années, sa souche ayant été attaquée par des termites, un mal bien répendu à Bordeaux.

 

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *