Regions > Alsace > Haut-Rhin > Vicus gallo-romain de l’Oedenbourg

Vicus gallo-romain de l’Oedenbourg

Sujets de l'article :

Situés sur la commune de Biesheim dans le Haut-Rhin, des vestiges de camps romains ont été découverts au nord de la commune au milieu de plantations de maïs. Ils sont  situés sur des terrains privés et ont été recouvert de terre pour leur préservation. Le Musée Gallo-romain situé au Capitole à Biesheim présentent les découvertes.

Présentation

Le Site

Les site est matérialisé par des panneaux indicateurs le long de la route départementale D468 (ci-dessus). Ce sont les seuls choses que vous pourrez voir sur le site. Sauf autorisation, le site est privé et ne se visite pas.

L’implantation romaine est attesté autour du Rhin au Ier siècle. Deux camps successifs ont ainsi été occupés à partir de l’an 10 (ou 15) sur un site stratégique à proximité d’un passage à gué du Rhin. Ces implantations participent à l’expansion de l’Empire vers l’Est en particulier sur la rive droite du Rhin. Sous Vespasien, les romains étendront la frontière de l’Empire jusqu’au Danube. Une fois ces conquêtes réalisées les camps sont abandonnés vers l’an 70.

S’en suit une occupation civile. Sur le site d’Oedenburg au nord de l’actuel Biesheim s’établit au IVe siècle un palais/forteresse à une époque où le territoire connaît de nombreuses incursions germaniques. Construit sur une butte, il constitue un bel exemple de site défensif le long du Rhin. Les fouilles ont permis de mettre au jour de nombreux objets domestiques et du matériel militaire (morceau de cuirasse, de casque, ceinturon, pilum, lance et glaive). Y a même été retrouvé un lingot d’argent estampillé (un Donativum) remis en récompense par l’empereur. Le bénéficiaire n’est pas clairement établi.

Découverte

L’occupation gallo-romaine du site de l’Oedenburg s’étend sur les communes de Biesheim et de Kunheim. La première mention aurait été faite par Ptolémée dans sa géographie sous le nom d’Argentovaria mais cette association est encore soumise à caution. Le site est situé en 1576 sur la carte de J. D. Specklin. Si des fouilles furent entreprises en 1824, dès le XVIIe siècle des artefacts gallo-romains y avaient été découverts. La construction du canal de dérivation du Rhin en 1868, facilitera de nombreuses découvertes. Des sondages réalisés depuis 1960 jusqu’à nos jours ont facilité la mise au jour de nombreux vestiges et objets. Depuis 1998, une mission internationale regroupant des équipes françaises, allemandes et suisses mène chaque année des campagnes de recherche.

On a aussi retrouvé sur le site une nécropole et de nombreux objets religieux. La majorité des vestiges sont présentés dans les vitrines du musée de la commune.

Documentation

Oedenburg : UNE AGGLOMÉRATION D’ÉPOQUE ROMAINE SUR LE RHIN SUPÉRIEUR, Gallia tome 62, Année 2005 p. 215-277

Histoire et géographie

Le site a été occupé en quatre phases du Ier siècle au IVe siècle de notre ère. Le premier stade d’occupation s’étend sur deux périodes la première moitié du Ier siècle et la seconde moitié du Ier siècle avec un déplacement d’un période à une autre dans un sens Nord-Est (Site de Rheinacker)/Sud-Ouest (Site du Ried) de part et d’autre du canal de dérivation du Rhin. Entre la fin du IIe siècle (vers 192) et le début du IVe siècle (312), un première occupation du site d’Oedenburg est constatée.

C’est entre le début du IVe siècle (vers 312) et le tout début du Ve siècle (avant 415) que l’occupation la plus importante a été notée sur un vaste périmètre mais cette fois si non plus dans les basses terres mais sur le plateau en hauteur. Les scientifiques estiment qu’une montées des eaux de surface aurait pu les y contraindre.

Durant les deux premières phases, les occupations sont avant tout militaires. Des vestiges de camps romains dit « Julio-claudiens » ont été retrouvés lors de fouilles menées notamment en 1999. Sur la rive gauche du canal, ont été retrouvé de nombreux bâtiments civils

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *