Château de Gisors

Position : 49° 16 51" N 1° 46 28" E

 

informations pratiques
Accès : libre
Visite : payante

 

Thèmes : Château Fort | Eure | Templiers

 

Le nom de Gisors est un nom qui ne laisse pas indifférent lorsqu’on aborde l’histoire des templiers. Cela commence en 1066 quand Guillaume le Conquérant, duc de Normandie et vassal du roi de France s’empare du royaume d’Angleterre. Forteresse emblématique de la vallée de Seine, le château de Gisors est assi au coeur d’un mythe, celui du trésor des templiers.

Histoire
27gisors01

Histoire

Devenant de fait l’égal du roi de France, il sera à l’origine d’une longue rivalité entre les deux royaumes.

Dès lors un processus de fortification s’accélère chez les belligérants. Les Ducs de Normandie ne sont pas en reste et vont largement y contribuer. En 1096, Guillaume Le Roux, fils de Guillaume Le Conquerant confie à Robert de Bellême la construction de la forteresse de Gisors. IL faut un an pour ériger le premier édifice en bois (donjon et enceinte en bois). En 1101, le Château change de main et devient la propriété de Thibaud Païen.

Les premières armes sont levées en 1120 pour le siège du Château par les normands entrés en rébellion face à Henri Ier Beauclerc. A l’issue de ce siège au bout duquel le Château restera inviolé, Henri Ier décide de la faire renforcer. Une enceinte basse est édifiée et le donjon construit en pierre. L’histoire du Château prend un tournant plus de vingt ans plus tard quand Henri II Plantagenêt cède le Château à Louis VII en lui rendant hommage (1144). En 1158, les Templier prennent pied dans la forteresse dont ils vont en assurer l’administration. En 1160, le domaine revient dans le giron anglais par l’intermédiaire de la dot de la fille de Louis VII et de son mariage avec Henri II. Les fortifications sont étendues entre 1170 et 1180. Les travaux sont de grande ampleur et touchent toutes les parties de l’édifice : des fossés sont creusés, les fortifications sont améliorée et le dongon réhaussé de deux niveaux.

Pendant la croisade, les hostilités cessent. Mais à son retour, Philippe II profite de l’emprisonnement de Richard Ier pour se saisir de Gisors (1193). Revenu propriété anglaise au retour de Richard Ier (1196), le royaume de France reprend la main lors de la conquête de la Normandie de 1202 à 1204. Le Château reste français jusqu’en 1449.

Après être devenu la possession du duc de Ferrareen 1527, le Château perd de son intérêt stratégique et est définitivement déclassé en 1590. Le petit fils de Fouquet en devient le propriétaire en 1719. Le domaine devient duché en 1742.

Racheté par la ville de Gisors en 1809, le Château fait l’objet de fouilles et de restaurations en 1851.

Grandes dates

  • 1066 : Guillaume le conquérant devient roi d’Angleterre.
  • 1096 : Robert de Bellême entreprend la construction du Château de Gisors
  • 1101 : Thibaud Païen prend possession du Château
  • 1120 : Premier siège des seigneurs normand
  • 1123 : Les fortifications sont renforcées.
  • 1144 : Henri II Plantagenêt cède le Château à Louis VII.
  • 1158 : Les templiers en assurent l’administration.
  • 1160 : Gisors redevient anglais
  • 1170-1180 : Extension des fortifications.
  • 1188 : une trêve est conclue pendant la croisade
  • 1193 : Philippe II s’empare de Gisors au retour de la croisade.
  • 1204-1419 : la région demeure française.
  • 1449 : reprise de contrôle anglaise.
  • 1527 : possession du duc de Ferrare
  • 1719 : possession du petit fils de Fouquet
  • 1809 : la ville de Gisors devient propriétaire du Château.
  • 1851 : Premières fouilles.

Architecture

Construit sur une motte de terre de 20m de haut sur un diamètre de 25m. Elle est entourée d’un fossé. Une enceinte haute de 10m sur 200m de long. Elle entoure le donjon de forme octogonale. Ce dernier comprend quatre étages. La tourelle est plus récente. Le plus étonnant reste le peu de fondation du donjon. Des sondages ont permis d’établir qu’elle n’étaient que de 1m de hauteur.

Le Château comprend un puis de 40m de profondeur qui devait assurer son autonomie en eau. Des souterrains permettaient de stocker les vivres. Au donjon est accolée une grosse tour appelée « Tour du prisonnier ». Elle-même entouré de son propre système de défense, elle défend l’entrée principale du château. C’est dans cette tour que subsistent des graffitis mystérieux donnant en partie naissance à la légende.

Le Trésor des templiers

Gisors est au coeur d’une légende, celle d’un trésor fabuleux. Qui n’a pas lu un livre au sujet de cette histoire. L’histoire prend sa source le 13 octobre 1307, quand les templiers sont arrêtés par ordre du roi de France. Les templiers se savaient surveillés et auraient transféré leur trésor de Paris vers un lieu mystérieux. Pour de nombreux spécialistes, Gisors serait le site idéal.

En 1940, le mythe est pour le gardien du château une incontestable vérité. Roger Lhomoy entreprend pendant 6 ans des fouilles importantes dans le sous sol de la motte et les alentours du Château. Outre des découvertes intéressantes, le gardien découvre selon ses dires en mars 1946, une chapelle romaine dans laquelle on y trouve des sarcophages de pierre et 30 coffres de métal précieux rangés par colonnes de 10. Il publie sa découverte mais personne ne le prend au sérieux et souhaite prendre le risque de descendre dans la fosse qu’il a creusé. Le puits fut alors rebouché et la cavité désormais introuvable. Depuis plusieurs ouvrages se sont fait l’écho de cette découverte. Et l’histoire est plus ou moins tombé dans l’oubli…


Approfondir le sujet

Les commentaires ne peuvent plus être ajoutés.

pagerank