Château Trompette

Position : 44° 50 41" N -0° 34 17" W

 

Tags :

Thèmes : Bordeaux | Fort

 

Le Château Trompette est un complexe défensif de Bordeaux qui faisait partie des fortifications et du rempart de Bordeaux. Il  a quasiment disparu, seule une partie des fondations reste encore en place sous la surface de la place des Quinconces. Avec le Fort du Hâ et le Fort Louis,  il avait vocation à surveiller et défendre la ville.

Description

Quand on regarde les cartes successives de Bordeaux entre le XVIe et le début du XIXe siècle et notamment la Carte générale de la France réalisée par Cassini entre 1756 et 1815, on ne peut être frappé que par cette vaste étoile construite au milieu de la ville de Bordeaux qui s’étend alors que sur la rive gauche de la Garonne. Lorsque Cassini termine cet ouvrage, le Château Trompette aura véu ses derniers jours. Cette position dominante hante encore l’inconscient collectif et les lignes d’histoires qui répète le passé glorieux de la ville.

On le sait peu, construit au milieu du faubourg Tropeyte et au bord du fossé du même nom, il en tirera son nom.

33BdxChTrompette01

Rare photo des Fondations du Château Trompette

Histoire

Après la bataille de Castillon en 1453, la ville de Bordeaux repasse sous l’autorité de la couronne de France. Le roi de France, Charles VII ordonne la construction de deux places fortes : le Château du Far (communément appelé Fort du Hâ) et le Château Trompette.

La ville va toutefois payer le lourd tribu de son alliance avec les Anglais et devra financer intégralement la construction de ces deux ouvrages. Le Château Trompette sera le symbole de l’autorité royale à Bordeaux. Il est terminé en 1455. Très vite la forteresse devient le symbole des restrictions du pouvoir et des libertés communaux.

Une première révolte fut réprimée en 1548 après que le peuple se soit soulevé face à l’augmentation des perceptions de la gabelle.

En 1562, pendant les guerres de religion, Duras tente de s’emparer du Château Trompette mais il échoue.

33BdxChTrompette02En août 1649, les bordelais asphyxiés par les taxes et impôts nouveaux, décidés par le Parlement de Bordeaux et le clergé, se soulèvent contre le Duc l’Epernon, gouverneur de Guyenne. Il ordonne à l’artillerie du Château Trompette de tirer sur la population, sur le ville et le port. En octobre 1649, le Parlement de Bordeaux rend une décision qui oblige les Jacobins à autoriser le peuple à user de la force et à hisser des canons dans le clocher du Couvent des Jacobins et dans les toits des maisons afin d’atteindre le Château Trompette. Les opposants à la monarchie à Bordeaux (parti de l’Ormée) conduisent la prise du Château Trompette par la ville révoltée. Le château est détruit vers le début 1650. Il ne subsistera que le grand bastion d’angle.

Dès la fin des troubles, Mazarin en confie la reconstruction en 1653 à l’ingénieur Pierre de Conty d’Argencourt. La forteresse garde alors son périmètre initial. Il est cependant complété avec  des bastions, demi-lunes et fossés. La maquette de cette étape de construction est visible au musée des Plans-Reliefs.

La construction prend un tournant  en 1664 quand Louis Nicolas de Clerville, nouveau commissaire général des fortifications, prend en main le chantier. Il souhaite moderniser la forteresse et double sa superficie. Il l’enrichie d’un riche décor à la gloire de Louix XIV. Le buste de Louis IV qui ornait la porte royale est exposé au Musée d’Aquitaine.

Il fait étendre le glacis du Château Trompette détruisant par la même occasion le couvent des Jacobins du XIVe siècle et les ruines gallo-romaines des Piliers de Tutelle. Le pouvoir militaire exigea aussi que la hauteur des maisons bordant les Allées de Tourny soit limitée pour permettre le tir au canon.

Les travaux débutent en 1680, après que les plans aient été retouchés par Vauban et se terminent en 1691. Au moment de sa livraison, elle était déjà démodée.

En 1804 lorsque Johanna Schopenhauer, célèbre philosophe passe à Bordeaux, il décrit l’ouvrage en état de désuétude. Sa destruction a été décidée en 1785 et il faudra attendre la Restauration pour qu’elle soit concrétisée. Le Château Trompette très impopulaire est rasé en 1818 à la limite des fondations.

Lors de fouilles de sondage en 2000, les fondations sont découvertes dans la partie nord-est de la Place des Quinconces, qui en recouvre désormais les vestiges. D’autres fouilles sont effectuées pendant les travaux du Tramway en 2006.

Architecture

Le musée des Plans & Reliefs de Paris garde une maquette du Château Trompette tel qu’il fut remanié sous la direction de Vauban.

Le second fort construit à partir de 1680 pouvait se targer d’un luxe particulier dans sa décoration mais son architecture démodée s’avèrera démodée pour la fin du XVIIe siècle. L’édifice de forme rectangulaire était flanqué de six bastions (quatre aux coins, deux plus petits sur les longs côtés) et de trois cavaliers avec, en son centre, une place d’armes entourée de bâtiments militaires. Un glacis gazonné entourait le fort et son établissement nécessita la destruction d’un quartier entier et des piliers de Tutelle [1].

Aujourd’hui

Les derniers vestiges du Château Trompette sont toujours sous la place des Quinconces. Il n’est pas prévu qu’ils soient découverts et mis à la vue du public.

Bibliographie

[1] Le Château-Trompette de Bordeaux et son décor architectural, Alexander March, Bulletin Monumental Année 1996 Volume 154 Numéro 4 pp. 317-327

Photographies et images
33BdxChTrompette02

Plan maquette du Château Trompette


Approfondir le sujet

Ce sujet est référencé sur d'autres pages : 2 réponses

  1. [...] liés : Rempart Antique de Bordeaux, Fort du Hâ, Château Trompette, Porte Cailhau Circuit découverte : Balade des deux [...]

  2. [...] la mise en place de ce réseau, une partie des fondations du château Trompette qui étaient encore présentes a été détruit. Détruits après la guerre, il ne subsiste, à ce [...]

pagerank