Regions > Ile de France > Paris > Pont d’Arcole

Pont d’Arcole

Sujets de l'article : Paris

Le pont de l’Arcole est l’un des neuf ponts qui relient les rives de la Seine à l’île de la Cité. Il s’agit du premier pont parisien construit en fer, composé d’une structure avec une arche unique. Depuis le pont on accède directement au parvis de Notre Dame de Paris et la statue de Charlemagne avec une vue remarquable sur ses clochers.

Reliant directement l’Hôtel de Ville de Paris sur la rive droite à l’Hôtel Dieu présent sur l’île de la Cité, le pont fait l’objet d’un projet depuis la fin du XVIIIe siècle. Il faudra attendre une ordonnance royale de 1827 pour que sa construction soit autorisée.

Un premier ouvrage temporaire, le pont de la Grève, est construit en 1828. Il prend la forme d’une passerelle longue de 40m et large de 3m50 réservée aux piétons. Elle prendra le nom du pont actuel en 1830.

Une dénomination qui fait débat

Il est généralement admis que la dénomination du pont provient de la bataille gagnée par Napoléon en 1796 face aux Autrichiens au pont d’Arcole en Italie. Une autre hypothèse défend que ce serait le nom d’un jeune républicain, Arcole, menant un groupe de combattants à l’assaut de l’Hôtel de Ville et qui y aurait été tué en plantant le drapeau tricolore. Mais ce fait historique, s’il est avéré se serait déroulé après la construction de la première passerelle, le 28 juillet 1830, l’année du changement de nom du pont. Cette associe pose un doute, puisque la dénomination aurait été décidée avant ce fait historique.

L’ouvrage de 1854

Il faudra attendre plus de 25 ans pour que le pont prenne la forme actuelle. En 1854, la passerelle est remplacée par un ouvrage plus important permettant le passage des véhicules hippomobiles.  Nicolas Cadiat et Alphonse Oudry conçoivent un ouvrage métallique, le premier ne disposant d’aucun appui central et conçu en fer. C’est la première fois que la fonte n’est pas utilisée. A chaque extrémité, une assise en pierre supporte le tablier.

Pour cette première, l’ouvrage fait impression. Mais au bout d’une trentaine d’années, les premiers défauts apparaissent. La construction en fer plutôt novatrice dans la moitié du XIXe siècle n’est pas encore totalement maîtrisée. Sur l’effet des intempéries et des variations de températures, le pont s’affaisse d’un coup le 16 février 1888. Le tablier descend de 20 centimètres et il doit rapidement être consolidé.

Entrée de la 2e DB

Lors de la libération de Paris, c’est par ce pont que la 2e DB du général Leclerc arrivera devant la mairie de Paris en août 1944. Depuis 1888, le pont restera en l’état et il faudra attendre les années 1994/95 pour qu’une profonde réfection soit réalisée sur le tablier. L’étanchéité est revue et le pont est entièrement nettoyé de la corrosion. Il reçoit une nouvelle peinture à cette occasion.

A partir de 2010, la ville déploie de nouveaux éclairages publics plus économes. Le pont d’Arcole est équipé en 2012. En 2019, le pont fut l’un des points de vue des plus fréquentés lors de l’incendie de  Notre-Dame-de-Paris.

 

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.