Porte de Villars (Chatillon-sur-Chalaronne)

Position : 46° 7 6" N 4° 57 30" E

 

Thèmes : Ain | Fortifications

 

Bien que non classé, la Porte de Villars est un site privé qui reste le dernier témoignage des fortifications de Châtillon sur Chalaronne. Construite à partir de XIIIe siècle par les Ducs de Savoie, cette porte était l’une des quatre tours de la cité, dont trois servaient d’entrée.

Position : 46°07’06.0″N 4°57’29.5″E (POI Rhône-Alpes)

A proximité : Halles de Chatillon-sur-Chalaronne

présentation

Des quatre portes, l’enceinte de Châtillon sur Chalaronne n’en conserve qu’une seule. La porte de Villars était initialement totalement détachée des habitations et avait fière allure. Les portes de Bourg, Lyon et de la rue Barrit ont été détruites au fil du temps. Elle se situe en face des Halles.

01chatillonPorteVillars01

historique

La Porte de Villars fait partie de l’enceinte fortifiée de Châtillon sur Chalaronne. L’enceinte a été construite par les Ducs de Savoie, à partir de 1273 par Philippe 1er, comte de Savoie, et achevée en 1321 par Ame V, le Grand Duc de Savoie.

La porte connait peu de transformations au cours des siècles. on peut simplement noter l’abandon du pont levis peu pratique au profil de portes battantes. En 1709, le maire perpétuel de la commune,  Philibert Collet, se portait acquéreur de la porte. Il transformait le bâtiment en le dotant  d’un toit et de plusieurs ouvertures pour transformer la porte en  « maison de maître ». Elle eu plusieurs habitant et fut même l’étude d’un avocat Maître Jean Navel. Depuis cette époque, la porte est un lieu privé.

La Porte de Villars est inscrite sur l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 13 Juillet 1926.  Depuis, elle n’a pas été classée aux monuments historiques.

architecture

La porte de Villars est remarquablement conservée. Sa base est construite sur une base triangulaire de 8 mètres sur 13,4. Elle culmine à 14,4 mètres. La voute de son passage est haute de 4,05 mètres et sa largeur de 3,6 mètres pour le passage des véhicules.

Initialement les créneaux n’étaient pas fermés (cela date du début du XXe siècle). Ils permettaient de veiller sur un large point de vue. Un chemin de ronde qui longeait les courtines  reliait les quatre portes qui faisaient également office de tour des fortifications.  veillaient les hommes d’armes.  Devant un fossé profond assurait une protection non négligeable lorsque le pont levis était remonté. Mais, le pont restait souvent baissé, le gardien se contentant de tendre une chaîne pour réguler le trafic pendant les périodes calmes.

On voit encore la galerie à mâchicoulis qui permettaient de jeter objets et liquides bouillants sur les assaillants. Derrière le pont levis, une herse complétait le dispositif défensif. Dans des périodes moins troublées du XVIIe siècle, le pont levis a été supprimé et deux portes ont été placées en remplacement dont les gonds sont encore visibles aujourd’hui.


Approfondir le sujet

Ce sujet est référencé sur d'autres pages : 2 réponses

  1. […] : 46°07’04.7″N 4°57’17.6″E (POI Rhône-Alpes) A proximité : Porte de Villars, Halle de […]

pagerank