Emetteur de Lafayette

Retrouver ce lieu dans nos POIs de la Gironde
Position : 44° 42 28" N -0° 48 41" W

 

Tags :

Thèmes : Gironde | Seconde Guerre Mondiale | Station radar ou radio

 

L’émetteur de Lafayette est le second plus grand émetteur TSF construit en France. Elevé sur la commune de Marcheprime en Gironde, il fut détruit pendant la seconde guerre mondiale. Il subsiste aujourd’hui  quelques batiments réhabilités et quelques vestiges des antennes.

Comme pour le Pont transbordeur de Bordeaux, la seconde guerre mondiale aura fait disparaitre une construction métallique exceptionnelle.

33lafayette01

Histoire

Histoire

La rupture des liaisons téléphonique par cables sous-matin en août 1914 oblige la France à étudier de nouveaux moyens de transmission. En remplacement, on va développer le radio-télégraphe. Le Général Pershing demande à disposer d’un canal de communication permanent entre l’Europe et les Etats-Unis. Pour cela la France va proposer le site de Croix d’Hins à proximité de Bordeaux pour y installer un tel équipement. La commission inter-alliés accepte le site qui stratégiquement comporte plusieurs avantages. Il est loin du front, il est proche de Bordeaux et son port. Son raccordement au réseau ferroviaire est aisé et son alimentation électrique peut être assurée par les barrages hydroélectriques sur la Dordogne (Barrage de Tuilière en amont de Bergerac). Mais surtout, sa position proche de l’Atlantique favorise les communications avec le continent américain.

En 1903, les entreprises Blériot et Voisin avaient construit un aerodrome sur le site de Croix d’Hins. La station Radio Bordeaux Lafayette sera construit sur ce site. Le chantier débute le 7 mars 1918. La construction comprend les antennes, l’émetteur et l’ensemble des locaux techniques. En mai, l’élévation des pylônes débute mais le 11 novembre, seuls 6 sur les 8 prévus sont construits. La fin de la guerre met fin provisoirement au chantier. Plus 750 US marines participeront à la construction.

Une nouvelle convention entre la France et les Etat-Unis (février 1919) relance le chantier. Les derniers pylônes sont construits et l’ensemble du site est livré en avril 1920. Le premier message est transmis le 21 août 1920. Le 16 décembre 1920, la station est inaugurée. Le premier message envoyé fut : « SECRETARY OF THE NAVY , WASHINGTON THIS IS THE FIRST WIRELESS MESSAGE TO BE HEARD AROUND THE WORLD AND MARKS A MILESTRONE ON THE ROAD OF SCIENTIFIC ACHIEVEMENT . LAFAYETTE RADIO STATION.”

L’émetteur évolue en 1923 en adoptant un alternateur haute fréquence à la place de l’émetteur à étincelle. Le station est désormais capable de transmettre des communications vocales. L’année suivante, le station change de dénomination et devient Bordeaux-Lafayette-PTT. De 1935 et 1940, deux émetteurs à onde longue sont mis en service permettant l’établissement de communication jusqu’à Bamako et les Etats Unis. En 1926, deux autres émetteurs avaient été mis en services pour les liaisons vers le Magreb et le Portugal.

Après vingt ans de fonctionnement, la station est prise par les allemands en 1940. La Kriegsmarine l’exploite rapidement pour communiquer avec des U-Boot et ceci jusqu’en 1944. Elle est alors détruite par l’armée  allemande en déroute le 24 août 1944. La destruction totale sera ordonnée le 21 novembre 1953 ne laissant que quelques vestiges.

Architecture

Architecture

La station est construite sur un terrain d’une surface de 486 hectares. La station comprend un bâtiment émetteur au centre des huit pylônes ainsi que des bâtiments annexes comprenant des bâtiments techniques, un château d’eau, un atelier, un réfectoire et les logements pour le personnel. On y trouvera même une école.

33LafayettePlan

Plan d’ensemble – Infographie (c) C’est en france (carte satellite (c) GoogleMaps)

Pour faciliter sa construction une ligne de chemin de fer est rajoutée, reliée à la ligne Bordeaux-Arcachon. Elle longe le site jusqu’aux derniers pylônes. Ces derniers sont fabriqués par la compagnie Pitt-Des Moines de  Pittsburgh en Pennsylvania.

Le premier émetteur émet sur des longueurs d’onde proches de 20.000m. Il est réalisé par Federal Telegraph Co. Pour cela il exploite un émetteur à arcs, à ondes entretenues, de 1000 kW. L’ensemble est refroidi par des bassins de refroidissement qui permettait d’absorber les énormes déperditions de chaleur (500kW).

Les huit pylônes de 250m de haut supportent une antenne en nappe d’une largeur de 400m sur 1200m de longueur. Elle est composée de 20 fils parallèles. Les pylônes reposent sur des support en béton (3 par pylône) de 13m de diamètres et d’une hauteur de 3,5m. Chaque pilote repose sur trois embases distantes de 66m. Elles font 3,5m de haut et 13m de circonférence. Sur les 24 pieds, il ne subsiste aujourd’hui que deux.

Aujourd’hui de cet ensemble il ne subsiste que quatre bâtiments à proximité des vestiges deux pistes de l’aérodrome Blériot. Le site est aujourd’hui occupé par les Haras de Hins. Le portail d’entrée du site qui a été préservé jusqu’en 1975 a été détruit après que le terrain ait été concédé à la commune de Marcheprime.

33Lafayette02

Bâtiments du personnel

A l’angle des rues de la Maison Blanche et de la l’allée de la ZI de Croix de Hins, a été érigé un petit mémorial qui mentionne la présence de la Station Bordeaux-Lafayette.

Les vestiges :

Quatre batiments (GPS: 44.707690, -0.811251)

Mémorial (GPS : 44.708525, -0.813489)

Garage en ruine (GPS : 44.706831, -0.810099)

Deux embases (GPS 44.705056, -0.808849 et 44.704457, -0.808736)

Sites relatifs

Plan

Avec fond Google Maps

33LafayettePlan
Infographie – copyright Denis Rabusseau

Photographies

Photographies d’époque

33Lafayette0433lafayette01

Aujourd’hui

33Lafayette0233Lafayette03


Approfondir le sujet

Ce sujet est référencé sur d'autres pages : Une réponse

  1. […] On peut noter que sa présence fut l’une des conditions de la construction de l’Emetteur de Lafayette à Marcheprime […]

pagerank