Fort du Hâ

Position : 44° 50 12" N -0° 34 46" W

 

Thèmes : Bordeaux | Fort

 

Le Fort du Hâ est l’une des trois forteresses construite autour des remparts de Bordeaux. Aussi appelé Château du Hâ, cette fortification gardait l’ouest de la métropole girondine. A son emplacement a été constuit depuis le Palais de Justice et l’école nationale de la magistrature.

33BdxFortHa01

Histoire

La fin de la guerre de Cent Ans a lieu le  17 juillet 1453. Malgré, la victoire française face aux anglais, Charles VII ne veut pas baisser la garde et ordonne le renforcement des fortifications de Bordeaux à la fois pour contrôler les insurrections de la population et protéger le territoire des attaques anglaises.

Deux forteresses sont construites : le château Trompette et le Château du Far (qui deviendra le Fort du Hâ). Une délibération du 12 novembre 1455  d’un administrateur du temporel de l’abbaye Sainte-Croix  donne des indices sur le concepteur du Fort. Jean des Vignes en serait l’auteur mais les recherches semblent attester que de Mathieu de Fortune en serait le véritable architecte.

La construction du fort débute le 24 janvier 1456. Elle est financée par la ville pour sanction de son ralliement aux anglais. Il va abriter la garnison de Bordeaux composée en grande partie de troupes royales.

En 1470, le château du Hâ devient la résidence  du duc de Guyenne, Charles de Valois. Il entretien une cour connue pour ses splendeurs. Mais elle ne survivra pas à son décès  le 24 mai 1472.

Lors des troubles de la gabelle, le château du Hâ est pris par les insurgés, le 19 août 1548. Le lieutement général de Guyenne sera massacré pendant l’intervention de la garnison du Hâ. Le maire de Bordeaux, Antoine de Noailles, capitaine du Hâ, occupe le logis du château jusqu’en 1563. Il est chassé par le lieutenant général de Guyenne, Charles de Coucy, qui en avait fait la demande le 15 décembre 1562.

Pendant les guerres de religions, après la Saint-Barthélemy, le château est un refuse pour les protestant. Grâce au grouverneur du Hâ, le baron de Merville,  Benoist de Lagebaston, premier président du parlement de Bordeaux s’y abritera (octobre 1572).

Le 23 mars 1593, Henri IV demande à ce que le Château fasse l’objet d’une attention particulière en égard de sa position stratégique. Le Maréchal de Matignon s’empare du château le 1er décembre 1593 pour éviter que Bordeaux soit livré aux Espagnols. Le roi de France ordonne le 8 août 1604 la destruction du Fort face au risque de le voir pris par les Ligueurs. Finalement il reviendra sur cette décision alors que les travaux de démolition ont déjà commencé le 31 octobre de la même année.

Entre 1654 et 1681, le Fort du Hâ va recevoir un certain nombre de d’aménagement. Ainsi, Louis XIV va le faire réparer et ajouter un certain nombre de bâtiments (1654). Vauban définit les travaux à réaliser au Fort du Hâ, au château Trompette et au Fort Sainte-Croix.

En 1731, le Fort du Hâ sert de prison civile. A la fin du XVIIIe siècle, le fort du Hâ profite de la destruction château Trompette du ordonnée par Louis XVI (août 1785). En novembre 1786, Victor Louis se voit confier la construction de nouvelles casernes. Mais si projet est accepté  le 18 mars 1788, il ne sera jamais réalisé à cause de la Révolution. La Tour des Anglais est cédé à la ville en septembre 1790.  Elle viendra soulager les geôles municipales surchargées.

Par décrêt du 10 juillet 1791, la demolition du fort du Hâ, du fort Louis et du château Trompette Le fort du Hâ est épargné et confié au Département qui y établit ses prisons. Pendant la terreur, bien que désormais propriété nationale, il conserve sa vocation de prison.

En 1835, le fort du Hâ ne peut éviter la démolition. On construit sur son périmètre le Palais de Justice et la prison du Hâ. Seules deux tours, encore visibles aujourd’hui, sont conservées. Le 14 août 1845, les Tour dite des Anglais et  des Minimes sont inscrites dans la « liste des monuments historiques du département de la Gironde ».

Le 19 novembre 1846,le Palais de Justice et la prison sont inaugurés. Pendant la seconde guerre mondiale, on y enferme résistants et prisonniers politiques.

En 1965, les deux tours, vestiges du château du Hâ, sont inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Le 12 juin 1967, la prison du Hâ est désaffectée au profit de celle de Gradignan. Elle sera détruite entre fin 1969 et février 1971. L’école de la magistrature la remplace en intégrant dans son architecture les deux tours de l’ancien Fort. Elle seta inaugurée  le 12 décembre 1972 

Ses deux tours sont inscrites au titre des monuments historiques depuis le 12 avril 1965.

Le fort aujourd’hui


Approfondir le sujet

Ce sujet est référencé sur d'autres pages : 3 réponses

  1. […] liés : Rempart Antique de Bordeaux, Fort du Hâ, Château Trompette, Porte Cailhau Circuit découverte : Balade des deux […]

  2. […] arrêté le 19 septembre 1943, il est à son tour arrêté le 8 octobre 1943. Incarcéré au fort de Hâ, il quitte Bordeaux pour Compiègne le 17 janvier 1944 puis part dans un convoi à destination du […]

  3. […] VII ordonne la construction de deux places fortes : le Château du Far (communément appelé Fort du Hâ) et le Château […]

pagerank