Architecture > Châteaux et Palais > Motte féodale de Saint-Nicolas-de-Brem

Motte féodale de Saint-Nicolas-de-Brem

Sujets de l'article : Chateau fort , Motte castrale

Située en face de l’église Saint-Nicolas de Brem, cette motte féodale est un lieu hautement historique même s’il ne reste plus grand chose aujourd’hui de visible du tumulus et du château féodal. L’histoire raconte qu’elle serait percée de souterrains et de salles secrètes.

Le sentier du tumulus dont le départ se situe en face de l’entrée de l’église Saint-Nicolas vous mène à une découverte mystérieuse au milieu du sous bois. En effet il vous faudra imaginer tout ce qui a disparu, la motte est aujourd’hui le seule élément visible de ce passé. Un calvaire a été construit au sommet de la butte et est visible des kilomètres alentour.

Promontoire naturel, la butte culmine à 22 mètres et a une circonférence de 170 mètres et baignait au Moyen-Age entre mer et la rivière l’escours, alors navigable. De ses nombreux noms, on y tire à chaque fois des éléments de son histoire. Le « Château » était initialement un très grand tumulus qui fut réutilisé à l’époque médiévale comme fortification. Un Château y a été érigé. Il devait en particulier protéger le port de Brem qui se situait en contre-bas de la motte.

La forteresse était l’un des haut lieux du talmontais, Brem étant l’un des deux chef-lieux de ce pays. La baronnie du Brandois établie à Saint-Nicolas-de-Brem était hautement stratégique et pesait autant que le fief de Talmont qui disposait aussi de son port.

La famille de Bram profitera des échanges commerciaux et consolidera son emprise sur le territoire. Son château restera jusqu’au XVe siècle l’une des grandes forteresses du Bas-Poitou.

Estampe d’Octave Rochebrune de 1865 (BNF)

Le château

Les fouilles menées en 1901 par Marcel Baudouin ont permis de mettre au jour les vestiges de fortifications qui sont encore visibles aujourd’hui. Du matériel du quotidien fut également mis au jour. Selon toute vraisemblance, le château aurait connu plusieurs phases de constructions débutées vers le XIe siècle. D’un premier castrum en bois, aurait été érigé une forteresse en pierre. Après un rayonnement important au XVe siècle, il aurait suffit des attaques pendant les guerres de religions puis détruit à cette période.

Totalement ruinée, la motte garde aujourd’hui la mémoire des soldats de Saint-Nicolas-de-Brem morts pour la France pendant la première guerre mondiale. Un calvaire leur rend hommage.

Les Légendes du site

Si l’histoire du site est encore aujourd’hui très peu précise, des légendes locales affirment que des salles seraient enfouies dans la motte et que des souterrains permettraient de la traverser. Un trésor y serait caché gardé par un chien bureau aux yeux rouges (source : panneau explicatif à l’entrée du site).

Le site aujourd’hui

Un petit chemin permet de remonter sur la motte depuis l’église Saint-Nicolas-de-Brem. Cet accès est signalé par un panneau explicatif. Au bout d’une centaine de mètres, on accède à la motte qui présente encore quelques élévations de pierre. Mais le gros des construction ont disparues. On peut accéder jusqu’au Calvaire duquel on profite d’une vue panoramique.

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : La rédaction

1 commentaire sur “Motte féodale de Saint-Nicolas-de-Brem

    […] Il faut se pencher sur des cartes anciennes pour retrouver trace de la physionomie de l’estuaire et des postes de surveillance situés au Veillon et à la pointe du Payré. Les châteaux de Talmont et du Veillon ont depuis leur construction assuré une surveillance dans la partie amont de l’estuaire, sur la partie aval on peut noter la présence à la pointe du Payré d’un poste de garde, mentionné sur la carte de Claude Masse de 1704. Le château de Talmont qui assurait jusqu’en 1628 la protection de l’estuaire sera démoli sur ordre de Richelieu pour éviter qu’il ne serve aux anglais de base d’attaque. Ils avaient une très grande importance dans la surveillance des côtes du Bas-poitou à l’image du Château de Saint-Nicolas-de-Brem. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.