Regions > Aquitaine > Gironde > Bassin d'arcachon > Positions Allemandes du Pyla-sur-Mer (AtlantikWall)

Positions Allemandes du Pyla-sur-Mer (AtlantikWall)

Faisant face aux positions de du Cap Ferret, le secteur qui borde la Dune du Pyla  a été particulièrement touché par l’érosion du trait de côte. L’une des plis grosses positions, « Les Gaillouneys » repose au fond de l’eau entre 5 et 20m de profondeur.

Position Ar47 : Les Gaillouneys

Située au Sud de la Dune du Pyla, cette position était constituée d’une batterie de côte chargée de défendre l’entrée des passes un assaut venant de la mer. Ce vaste site était composé d’une trentaine d’unités de types variés. Posé sur la dune, il y était encore posé en 1950, mais avec le recul progressif de la côte de 150m depuis cette période, l’ensemble était posé sur la plage vers 1968 avant de sombrer sous les flots. Quelques bunkers sont visibles à marée basse mais la plupart ne sont visibles que des plongeurs à une profondeur de 5 à 20 mètres. Après avoir semé la terreur, ils sont désormais des récifs naturels où la faune et la flore peuvent se développer.

C’est probablement le site le plus mystérieux puisque jusqu’en 2005 on pensait qu’il ne restait rien. Les recherches menées par le plongeur et « bunker archéologue » amateur ont permis cette année là de lever le voile sur un ensemble défensif qui l’ont pensé perdu et qui avait été oublié d’une grande partie des gens. Les bunkers qui avaient basculé dans la mer ont été remis en lumières grâce à une nouvelle cartographie des fonds marins. Au sud de la dune, on peut encore voir trois blockhaus qui bordent une ancienne route allemande encore défendue par des tobrouks.

33Gaillouneys01

Plus d’informations sur cette position sur le site bordeaux3945 et sur le site du GRAMASA

Position Ar45 – Point d’appui de la Corniche

Les anciens blockhaus qui pointaient au sommet de la dune ont sombré à 20 mètres sous la surface de l’eau. Le recul (150 mètres en soixante ans) et l’affaissement de la dune ont eu raison de la quinzaine de bâtiments qui composaient cet ensemble défensif.

33Pyla2014_01

Selon des témoignages d’époque le site n’était pas terminé au moment du débarquement en Normandie. Près de 1000 prisonniers y ont travaillé durant sa période de construction.

33Pyla2014_0233Pyla2014_0333Pyla2014_0533Pyla2014_04

 

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : admin