Regions > Aquitaine > Gironde > Bassin d'arcachon > Atlantikwall AR-48 Pointe d’Arcachon (Plage de la Lagune)

Atlantikwall AR-48 Pointe d’Arcachon (Plage de la Lagune)

Sujets de l'article : Bassin d'Arcachon , ww2

Plage bien aimée des naturistes, la plage de la Lagune s’étend au sud de la Dune du Pilat sur deux kilomètres environ. Elle fait partie des portions du littoral qui ont été le plus attaqués depuis la seconde guerre mondiale par la mer et les tempêtes. Les bunkers apparaissent et disparaissent au gré des marées et des mouvements de terrain. En 2019, les bunkers sont réapparus et visibles à marée basse.

SK Doppelschartenstand – Photo DRA droits réservés

La position n’a pas encore connu le même sort que les Gallouneys qui est désormais au fond le l’Océan Atlantique. Le retrait de côte d’environ 150m en 70 ans Cette position assure la protection de la plage au sud de la Dune du Pilat et se limite à deux casemates et ses protections.

La position AR-48 permet de couvrir l’intervalle et assure une protection simplifiée de la plage à l’aide de deux canons. Une casemate Doppelschartenstand SK (hors nomenclature) dispose d’un canon multidirectionnel 5cm KwK L/60 pouvant tirer vers le nord ou le sud grâce à ses deux créneaux de tir. Ce canon équipait aussi les chars Panzer III.  Cette construction permet de couvrir à l’économie l’ensemble de la plage de La Lagune. On retrouve une casemate identique à Saint-Nazaire (Nz-1 Pointe de Congrigoux) et un canon en bon état à Courseulle-sur-mer.

Le canon 5cm KwK en février 2019 – Photo DRA droits réservés

Une seconde casemate de type regelbau 667 est située approximativement à une cinquantaine de mètre au nord. Elle est également équipée d’un canon de 5cm KwK L/60. La position est complétée par un regelbau 612

Photo DRA droits réservés

Un jeu de cache cache

Dans les années 1970, même si la mer a déjà gagné du terrain et la dune reculé, différents éléments sont encore visibles comme un tourelle FT17 initialement installée sur un tobrouk. Vue à presque 800m au nord des casemates actuelles, son bloc d’attachement n’a jamais été retrouvé. Le flux et le reflux de la passe sud du bassin d’Arcachon a contribué aux nombreux mouvements de plage qui ont tout enseveli jusqu’en 1997. Des défenses passives (tétraêdres,  portes cointets ainsi que des pieux de bois) sont réapparues ainsi que la protection blindée de la tourelle. Elle sera extraite de la plage en 2005.

Photo DRA droits réservés

Le jeu des tempêtes produira ensuite l’effet inverse avant qu’en février 2019, les casemates soient encore redécouvertes. Mais cette fois ci seul le canon de la casemate SK sera visible et toujours en place (sans son fut). Celui du 667 semble définitivement enfoui, la casemate s’enfonçant inexorablement sous le sable dans la plage.

Si les deux casemates sur la plage sont la partie immédiatement visible de la position, on peut retrouver sur la dune, d’autres vestiges. Des blocs importants sont encore en place correspondant probablement à des soutes ou bâtiments annexes détruits. Les vestiges d’une piste bétonnée glissent également à flanc de dune.

Bibliographie :

A La Lagune, un blockhaus refait surface… avec son canon !, La dépèche du Bassin, 22 février 2019

 

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : La rédaction

2 commentaires sur “Atlantikwall AR-48 Pointe d’Arcachon (Plage de la Lagune)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *