Regions > Poitou-Charentes > Charente Maritime > Fort du Chay et son réduit

Fort du Chay et son réduit

Sujets de l'article : Atlantikwall , bunker , Estuaire de la Gironde , Fort , Royan , ww2

Le fort du Chay est la fortification principale de la ville de Royan qui permet de croiser le feu avec les forts de Suzac, du Verdon et de Grave pour protéger l’entrée de l’estuaire de la Gironde. La batterie est construite dès 1811, elle sera noyée dans les fortifications allemandes en 1942.

Les premiers projets de fortification de la Pointe du Chay remontent à 1772 contre balancé sur l’autre rive par le Fort du Verdon. Mais il faudra attendre la bataille de 1811 pour convaincre les autorités militaire à fortifier la pointe. Pourtant dès 1757, le maréchal Senectere, seigneur de Didonne, fait ériger un élément défensif un peu plus au sud du Fort du Chay. Il avait ouvert une voie stratégique de la protection de l’embouchure de l’estuaire.

Un fort comprenant des bastions en étoile est construit entre 1811 et 1812. Il est repris par les anglais en avril 1814 et en parti détruit. Il faut attendre le Second Empire pour voire le fort considérablement amélioré. Outre les talus remontés, un réduit dérivé des tours crénelées type 1846 est construit entre 1859 et 1860. Elle dessert la batterie.

La batterie est remaniée entre 1875 et 1877 en même temps que celle du Fort de Suzac. Cette nouvelle batterie comprend huit canons qui n’évolueront plus jusqu’à la seconde guerre mondiale. Ils sont répartis en quatre canons de 24cm et quatre de 27cm. L’un des encuvements est disproportionné et semble attesté qu’il était prévu d’y installer une pièce plus conséquente. Un poste de contrôle de tir est construit probablement après 1920, peut-être au même moment que la batterie des Arros vers 1937. Il ne figure pas sur les photos aériennes de 1920 et est situé en avant des positions de tir. Selon certaines sources, le fort du Chay aurait été équipés vers 1930 de canons de 75 modèle 1897 (à confirmer).

Fort du Chay sur le plan de Royan-Les-Bains de L.Dagail (1877)

Le réduit du Fort du Chay aura un destin guère plus favorable que celui proche du Fort de Suzac. Intégré aux améliorations portées au fort à la fin du XIXe siècle puis au début du XXe siècle, cet ouvrage va subsister jusqu’à l’intégration du fort au Mur de l’Atlantique vers 1942. En 1920, le fort est partiellement désarmé puisqu’il ne subsiste que sept des huit canons et une garnison réduite.

Lire : Intégration du Fort du Chay au Mur de l’Atlantique (Gi24 Oldenburg/Gi25 Hindenburg)

A la sortie de la seconde guerre mondiale, le réduit du Fort du Chay, vestige le plus ancien du fort a été littéralement coupé en deux par les bombardements de 1944 à 1945. Si en 1946, le site reste en l’état, il fait l’objet de beaucoup de convoitises à partir de 1950. Le site est en grande partie rasé entre 1956 et 1957 pour laisser place à un programme de 120 logements. En 1959, il a été utilisé provisoirement par un centre équestre utilisant une grande partie du glacis en étoile de 1811.

Fort du Chay après les bombardements. Source géoportail.

Architecture

Du premier fort en étoile (1811) il ne reste aujourd’hui que peu de choses. En 1859 son plan est refondu avec un terre plein faisant face à la mer séparé par un large fossé coupant le fort en deux. Le réduit est en coupure et permet de surveiller le pont d’accès situé au nord. Ce réduit a pour particularité d’avoir un plan spécifique. Il ne  dispose de bretèche que sur trois de ses côtés au Nord (côté intérieur des terres) et sur ses deux petits côtés (Est et Ouest).

Le tour du terre plein est renforcé par un large mur maçonné le maintenant. A l’arrière le dispositif en étoile permet de protéger les attaques venant des terres.

image geoportail. Infographie cestenfrance.fr

Le site

Le site a été touché par l’érosion et a surtout perdu de son relief après la seconde guerre mondiale. La ligne de batterie est encore  perceptible en aérien et sur le terrain, seuls quelques bunkers allemands et français sont encore en affleurement. Ils sont inaccessibles. Transformé en promenade, le site borde le chemin du littoral qui part du port de Royan et qui se poursuit jusqu’à la Grande Côte. Ce sont aujourd’hui près de 75% de la surface militarisée de la fin du XIXe siècle qui est occupée par des résidences et l’hôtel Cordouan Thalazur.

Le site comporte encore quelques vestiges visibles principalement d’origine française

Bibliographie

Inventaire patrimonial Nouvelle Aquitaine – Fort du Chay

Plans de Royan sur c-royan.com

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : La rédaction

1 commentaire sur “Fort du Chay et son réduit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.