Regions > Poitou-Charentes > Charente Maritime > GI-29 Pointe de Vallières (AtlantikWall)

GI-29 Pointe de Vallières (AtlantikWall)

Sujets de l'article : Atlantikwall , Royan

Installée autour du phare de Vallières, la position GI-29 occupe tout l’espace de la Pointe de la Vallières. Elle est cependant moins ambitieuse que la GI-30 (Fort de Suzac) avec ses puissantes batteries. Les phares restaient des points stratégiques d’observation et l’avancée sur l’estuaire de la Pointe de Vallières offrait un position avantageuse pour surveiller le trafic à l’entrée de d’Estuaire de la Gironde et le port de Royan.

regelbau 506c – photo DRA – juin 2019

Moins sauvage que la pointe de Suzac , la pointe de Vallières a vu les stigmates de l’occupation allemande se gommer année après année. La pression immobilière et les autorisations de destruction des vestiges de l’occupation ont laissé des traces en moins bon état et sont désormais cachées en grande partie sur des propriétés privées.

La Gi-29 reste particulièrement fortifiée avec trois regelbau, un 506c, un R612 et un R671 équipés respectivement avec un 4,7cm Skoda, un 7,5cm FK235 et un 7,5cm FK231. Trois Flak 36 de 3,7cm complètent le dispositif. Comme le précise Alain Chazette dans ses ouvrages consacrés au Mur de l’Atlantique, la position était complétée par de nombreux autres blocs, des Bauform VF2b et de petits tobrouks mais aussi des bâtiments pour les troupes, dont la présence est relevée dans le chapitre V du rapport Pinczon du Sel de 1947. On en compte alors 28 éléments sur le plan de la Pointe de Vallières.

Le 506c

Cette casemate de flanquement à droite occupe une partie de la falaise dans un renfoncement à l’extrémité sud de la grande conche de Royan. Ce regelbau est une version surélevée à deux niveaux. Une partie de la falaise autour du bunker a été bétonnée également. Les photographies aérienne de 1946/47 (accessibles sur Géoportail) permettent d’avoir une vue presque contemporaine de la construction avec vision précise de l’accès au bunker. La construction a été utilisée depuis pour supporter une maison d’habitation. Le bunker a été au centre de dissensions au sein de la commune de Saint-Georges-de-Didonne, après le don d’un canon à une association tchèque par le propriétaire des lieux, pièce qui était considérées par certains comme un patrimoine municipal. Aujourd’hui, l’emplacement de la pièce d’artillerie a été détruit.

Le 506a fait partie de ces blocs prévus pour la lutte anti-char et notamment en cas de débarquement. Il est malgré tout possible de le voir depuis la plage (attention aux marées).

Des VF2a et des Tobrouk

L’ensemble du secteur est quadrillé par des Bauform VF2a et des tobrouks. Il est d’ailleurs de plus en plus compliqué de les identifier. Les blocs présents autour du phare de Vallières sont pour la plupart enfouis et visibles juste en arasement. Les positions référencés sur le site Relkite ne sont pas complètes. Le plan du rapport Pinczon du sel, bien qu’imprécis, en donne un inventaire plus complet et aide à les découvrir.

tobrouk face à la mer – photo DRA – juin 2019

Bibliographie
Casemate de Vallières Regelbau Heere 506a pour canon de 4,7 cm Pak K.36 (t) Skoda – http://saintgeorgesdedidonnehier.blogs.sudouest.fr/39-40/

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.