Architecture > Fortifications > Mur de l'Atlantique > Atlantikwall AR-31 FuMG Karpfen (plage de l’Horizon, StpGr Arcachon)

Atlantikwall AR-31 FuMG Karpfen (plage de l’Horizon, StpGr Arcachon)

Sujets de l'article : Atlantikwall , Cap Ferret

Au nord de l’entrée du Bassin d’Arcachon, l’occupant établit vers 1943 une station de radiodétection basée sur des radars Wurtburg Riese à moyenne portée complétant la station de la Teste équipée d’un radar Mammut, protégée au fond du Bassin d’Arcachon. La position FuMG Karpfen (ou FunkMessGerät Karpfen/radar code carpe) prend position sur la plage de l’Horizon dans le secteur de Bélisaire. Depuis le XIXe siècle, on y pratique les bains de mer. Encore aujourd’hui, ce site est intéressant à découvrir, même si avec la préservation du cordon dunaire, son accès est rendu compliqué.

Regelbau 636 en février 2020

Découverte du site

Comment mieux découvrir cette belle position du Mur de l’atlantique qu’en parcourant la côte à pied. Depuis la plage de la Torchère, se succèdent les positions AR-30 (2 blocs qui subsistent), l’AR-31N située au nord puis l’AR-31 se distribuant autour de l’accès actuel de la plage. Depuis le XIXe siècle, cette plage est bien connue des touristes qui s’y rendaient en tramway puis grâce au Petit train du Cap ferret depuis Bélisaire.

L’AR-31 est une station de la Luftwaffe et en reprend donc l’ensemble des codes de construction. Autour de deux abris usine L486 et un L479, se distribuent des bunkers de Flak (regelbau L410 et L409) et de protection directe du site : VF66 (remplacés ensuite par des regelbau 667) et tobrouk. Il s’agit de la première position fortement armée du périmètre du Cap Ferret en venant du nord.

Le site est aujourd’hui altéré par l’érosion marine après avoir été, comme partout, l’objet de pillages et dégradations. Certains blocs ont basculé sur la plage, d’autres sont encore sur la dune mais pour encore combien de temps ?  Le L486 encore visible a été réutilisé comme plateforme d’atterrissage pour les hélicoptères de secours.

Position stratégique dans la StpGr Arcachon

La présence d’importantes infrastructures de défense démontre l’importance du site AR-31 au nord de l’entrée dans le Bassin d’Arcachon. Cette station couvre l’intervalle de radio détection avec les radars situés à Soulac (et dans une moindre mesure sur l’AR08/09 située à Hourtin-Plage) et vers le Sud avec les équipements installés à la Teste. Avec l’évolution technologique, la capacité de détection devait être améliorée avec l’installation d’un radar Wassermann MIV juste à côté sur l’AR-31N.

Evolution de la position

Comme on le retrouve un peu partout le long du Mur de l’atlantique, se succèdent position de l’armée de terre, de la marine et de l’armée de l’air. Ici il s’agit d’une position consacrée à la surveillance aérienne de la Luftwaffe qui se distribue en :

  • un bunker d’observation/contrôle de tir R637.
  • un abri Anton L479 utilisé comme Poste de commandement
  • deux abris usine L486 « Unterstand für Funkmessgerät » alimentant chacun un radar Fumo 65. Des photographies des années 70/80 confirment qu’il y étaient encore visibles à cette époque. Le second est aujourd’hui totalement enfoui dans la dune
  • deux radars fixes Wurzburg Fumo 65 aussi connu sous « radar géant Wurzburg » sur un socle V229 et deux unités mobile de type Freya. La radar Riese permettait de détecter des avions à 40-60 km avec une précision de 15/20 mètres.
  • 2 bunker VF66 pour canon 5cm KwK L/42 remplacés à la fin 1943 par deux H667. Les VF66 sont alors convertis en soutes à munitions et leur encuvement comblés de béton.
  • quatre flak bunkers L409 (x2) et L409A (x2) pour canon DCA de 2cm flak/30
  • un flak bunker L410A et un 410 pour canon DCA de 2cm flak/30
  • Deux abris R622, deux R646, un L405 et cinq autre abris
  • deux canon de campagne de 7,5cm FK231
  • cinq tobrouk VF58 surveillant la position radar.

Beauform VF66

La position a connu deux phases de construction et était terminée en juin 1944 au moment du débarquement en Normandie. Elle devait être complétée par un nouveau radar installé sur l’AR-31N mais qui n’a jamais été installé. Au Cap-Ferret, une partie des installations sont sabotées le 20 août 1944, comme en témoigne un 667 explosé sur la plage de l’Horizon. Le 24 août les derniers soldats allemands n’ayant pu fuir sont capturés par les FFI. L’AR-31 ne semble pas avoir dérogé à la guerre, certains équipements ayant été démontés à la va-vite.

La rapport Pinczon du Sel réalisé après la seconde guerre mondiale (1947) fait état des constructions en place à la sortie du conflit sur cette position. Si cet inventaire peut être perfectible il peut aider à se déplacer dans l’espace. La position des blocs sur ce relevé sont cependant inexacts.

1 : 636; 4 : Radar FuMO 65; 5-6 : 667; 16 : L486

Bibliographie et sources de recherche

Suivez nous et appréciez nos sujets :

Auteur de l’article : La rédaction

1 commentaire sur “Atlantikwall AR-31 FuMG Karpfen (plage de l’Horizon, StpGr Arcachon)

    […] AR-31 FuMG Karpfen : Située autour de la plage de l’Horizon cette position est l’une des plus importantes entre Montalivet et le Cap Ferret. Encore aujourd’hui on peut y voir bloc défensifs, blocs pour les troupes et un abri usine L486. Cette station radar justifie son étendue par l’intérêt stratégique des fonctions de radiodétection. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.