Batterie de Cornouaille (Fort de Cornouaille, AtlantikWall CR-366)

Retrouver ce lieu dans nos POIs du Finistère
Position : 48° 19 48" N -4° 34 15" W

 

informations pratiques
Accès : accès interdit
Visite : guidées occasionnelles

 

Tags :

Thèmes : Finistère | Fort | Mur de l'Atlantique

 

La Batterie de Cornouaille est une position défensive du Goulet de Brest faisant face au le Fort du Mengant situé de l’autre côté du goulet. Construite au XVIIe siècle, elle est resté terrain militaire jusqu’en 2009, rachetée par le Conservatoire du Littoral. Pendant la seconde guerre mondiale, elle abrita une position importante de Flak allemande (CR-336).

Description

29BatterieCornouaille01
Situé sur la commune de Roscanvel dans la Presqu’île de Crozon, la Batterie de Cornouaille a été construite à partir du XVIIe siècle et a évolué au fil des siècles. Elle est une position remarquable par sa situation et répondait à une stratégie militaire précise. Avec le Fort de Mengant sur la rive opposée et un troisième fort qui était prévu sur la roche Mengan en pleine mer, le dispositif de tir croisé permettait d’empêcher le passage  vers Brest. On retrouve un dispositif proche dans  le Verrou de Bordeaux au large de Blaye (Gironde).

Elle a subi plusieurs modifications au cours des siècles. Un temps à l’abandon, un projet de valorisation est en cours d’étude dans le cadre de la Route des fortifications de la Presqu’île de Crozon. Le site a été racheté en 2009 par le Conservatoire du littoral. L’ensemble des ouvrages a été classé monument historique le 25 avril 2013.

Bibliographie

Route des Fortifications : http://www.tourisme-presquiledecrozon.fr/un-patrimoine-singulier/inscrite-au-patrimoine-mondial/la-route-des-fortifications

Histoire

La ville de Brest abrite depuis 1631 la Flotte du Ponant dans son port militaire. Sa défense est stratégique. Il faut cependant attendre 1683 pour que Vauban s’intéresse à la fortification de la rade de Brest. Son accès bénéficie d’une configuration favorable à sa défense avec un goulet d’accès large de moins d’un kilomètre. Dans la partie la plus étroite à proximité de la Pointe des Espagnols, il est aisé de mettre en place des positions de défense pouvant nourrir un feu croisé. Au milieu du goulet, un ilot, la roche Mengant, permet également d’avoir un appui pour y construire une position centrale.

Mais finalement, Vauban ne mènera la construction que des deux batteries côtières, l’eau et les marées rendant très difficile la construction du Fort sur le rocher Mengant.

La pointe de Cornouaille est choisie pour ériger la batterie du même non. Elle se situe à proximité de la batterie de Beaufort datant de 1666. La construction comprend une vaste plateforme de 250m de long construite à quelques mètres au dessus du niveau de l’eau. Cette plateforme est fermée par un épai parapet percé de 36 embrasures. Les pièces d’artillerie s’y positionnent. L’accès à la batterie s’effectue par un sentier à flanc de falaise.

Les premiers travaux débutent en 1684. Mais, les bâtisseurs se heurtent à des problèmes d’approvisionnement faute de financement continu sur le projet. En 1692, le chantier est encore en cours même si la batterie basse est quasiment opérationnelle. Il faut attendre 1696 pour que les travaux soient totalement achevés. Le projet proposé par Vauban prévoyait deux ouvrages. La batterie haute reliée au premier ouvrage ne sera jamais construite.

A sa mise en service, la batterie est équipée de 20 canons de 24 livres et 10 canons de 36 livres

La protection de la batterie n’est pas parfaite en cas d’attaque par les terres. En 1813, une tour-modèle type 1811 est ajoutée en haut de la falaise. Ce corps de garde permet d’abriter une garnison de 60 hommes et assure une protection face une incursion depuis l’intérieur de la presqu’ile. Les deux ouvrages ne seront cependant pas reliés par les branches initialement prévues.

L’artillerie évolue et à partir de 1840 des pièces plus légères et plus performantes sont installées. Les embrasures sont comblées. Le fort reçoit de nouveaux équipement de rehausse des canons pour permettre un tir au dessus du parapet. En 1888, la batterie reçoit une ultime évolution avec le creusement d’un salle dans la falaise et derrière le mur d’enceinte pour recevoir deux canons de 32mm . Ces nouveaux équipements obligent à percer ce mur  pour laisser passer les tirs. La structure est construite à l’identique du fort d’origine pour assurer un meilleur camouflage et favoriser l’effet de surprise.

L’ouvrage perdra progressivement de son intérêt militaire avant d’être repris par l’armée allemande dans le cadre du Mur de l’Atlantique. A partir de 1942, les allemands installent un réseau de casemates et une batterie Flak composée de six positions de 105mm (Position CR-336). La majorité de ces constructions modernes furent détruites par les bombardements en 1944.

La batterie reste terrain militaire jusqu’au 21 juillet 2009, cédée au Conservatoire du Littoral. La batterie est classée monument historique en 2013.

 


Approfondir le sujet

Ce sujet est référencé sur d'autres pages : 2 réponses

  1. […] CR-336 – Batterie de Cornouaille […]

  2. […] vous découvrez le Fort des Espagnols, puis le Fort du Stiff, le Fort Robert, le célèbre Fort de Cornouaille avec son fort secondaire et finalement le Fort des Capucins. Ce périmètre qui a été investi par […]

pagerank